Tag Archive | "Adolescence"

Critique Film Cinéma : “Miss Peregrine et les Enfants Particuliers” – Mercredi 05 Octobre 2016

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma : “Miss Peregrine et les Enfants Particuliers” – Mercredi 05 Octobre 2016


Critique Film Cinéma Mercredi 05 Octobre 2016

Les enfants super-héros de Tim Burton !
FILM CINEMA MISS PEREGRINE ET LES ENFANTS LES PARTICULIERSMISS PEREGRINE ET LES ENFANTS PARTICULIERS
Aventure, Famille, Fantastique (02h07min) – Date de sortie : 05/10/2016
De Tim Burton
Avec Eva Green, Asa Butterfield, Samuel L. Jackson…
Américain, Belge, Britannique

A partir de 10 ans

À la mort de son grand-père, Jacob découvre les indices et l’existence d’un monde mystérieux qui le mène dans un lieu magique : la Maison de Miss Peregrine pour Enfants Particuliers. Mais le mystère et le danger s’amplifient quand il apprend à connaître les résidents, leurs étranges pouvoirs … et leurs puissants ennemis. Finalement, Jacob découvre que seule sa propre “particularité” peut sauver ses nouveaux amis.


Bande-Annonce : MISS PEREGRINE ET LES ENFANTS PARTICULIERS

Critique Film : MISS PEREGRINE ET LES ENFANTS PARTICULIERS de Tim Burton avec Eva Green, Asa Butterfield, Samuel L. Jackson…

Par Franck DIPPA PRISO

Suite à la mort tragique de son grand-père, Jake décide, dans son processus de deuil, d’aller visiter l’orphelinat qu’avait habité son ancêtre à une certaine époque. Celui-ci lui avait raconté des histoires fantastiques en lien avec ce lieu, qu’il disait magique. Arrivé sur l’île au large du Pays de Galles, Jake franchit une boucle temporelle et se retrouve auprès de Miss Peregrine et ses Enfants particuliers, des jeunes ayant d’étonnantes facultés. Il apprendra alors que lui aussi possède un talent particulier, celui de voir les monstres qui menacent la sécurité des enfants et, donc, de les protéger contre leurs ennemis invisibles.

Le film cinéma “Miss Peregrine et les Enfants Particuliers” de Tim Burton est le digne frère de ses précédents succès (Beetle Juice, Edward aux Mains d’Argent etc.).
Cependant, l’univers glauque et gothique est absent au profit d’une ambiance joyeuse et festive qui captive dès le début de l’histoire. La clôture est épiquement romantique.

La prouesse visuelle de ce projet est extraordinaire.
Il y a une dizaine d’années cela n’aurait pas été possible car les moyens techniques n’étaient pas encore assez avancés. Le grand atout de “Miss Peregrine et les Enfants Particuliers” ce sont les effets spéciaux.
Les métamorphoses ne se montraient pas avant car pas assez belles et crédibles à l’écran.
Aujourd’hui les graphistes et les animateurs peuvent nous montrer avec fierté des transformations spectaculaires comme celle de Miss Peregrine en oiseaux, les pouvoirs des enfants spéciaux et des méchants.
D’ailleurs, voici un petit détail qui confirme ce fait. Le nom du producteur des effets spéciaux est en première position au générique de fin du long-métrage même avant ceux des acteurs.

Il n’y a pas que les images qui sont géniales. L’adaptation de l’œuvre “Miss Peregrine et les Enfants Particuliers” est aussi forte et bien transmise.
Cependant, il est vrai que par moment la narration va un peu vite pour le spectateur (l’indécision de Jack à partir puis revenir etc.). L’ensemble du tableau pousse à la curiosité et le tout est intelligemment articulé.

Faire le récit de cette histoire difficile inspirée du livre de Ramson Riggs sur grand écran n’était pas gagné. Malgré tout, la scénariste de “Kick-Ass” Jane Goldman propose un résultat excellent bien visible. On comprend vite cette aventure même si beaucoup de spécificités peuvent nous perturber notre suivi et notre compréhension (voyage dans le temps etc.).

Nous recommandons ce film à des enfants de 12 ans et plus. Les créatures et les monstres font d’horribles choses (par exemple ils mangent les yeux des enfants) et font vraiment peur (attention aux cauchemars en perspective…).

Les comédiens Asa Butterfield alias Jacob notre héros, Ella Purnell alias Emma et Eva Green la gouvernante alias Miss Peregrine apportent une dimension adorable, plus sensible et plus humaine à ce joli conte noir sophistiqué qui en avait bien besoin pour rester à la portée du plus grand nombre.

Le long-métrage “Miss Peregrine et les Enfants Particuliers” nous replonge dans la période faste du cinéaste Tim Burton sans vraiment y être. Parfois cette galerie narrative est tortueuse mais le spectacle est efficace et grandiose avec une empreinte mythologique abondante qui pousse à la curiosité.

Les + :

* Les effets spéciaux
* Des acteurs lumineux

Les – :

* Des images horribles pour les enfants de moins de 12 ans
* Une narration parfois compliquée

Mots clés, Tags, Thèmes :
Adolescent, Adolescence, Conseillé à partir de 10 ans, Créatures fantastiques, Enfance, Enfant, Île, Île déserte, Île paradisiaque, Jeunes adultes, Monstre et monstre marin, Mystère, Oiseaux, Orphelin, Orphelinat, Pouvoirs surnaturels, Rajeunissement numérique, Relation grands-parents, petits enfants, Seconde guerre mondiale, Voyage dans le temps etc.

Note : *** (3/5)

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

Critique Film Cinéma : “Carrie, la vengeance” – Mercredi 04 décembre 2013

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma : “Carrie, la vengeance” – Mercredi 04 décembre 2013


Critique Film Cinéma Mercredi 04 décembre 2013

Carrie, le remake sanglant 40 ans après le chef d’œuvre de Brian De Palma !
FILM CARRIE, LA VENGEANCE - LE REMAKECARRIE, LA VENGEANCE
Epouvante-Horreur (01h40min) – Date de sortie : 04/12/2013
De Kimberly Peirce
Avec Chloë Grace Moretz, Julianne Moore, Judy Greer…
Interdit aux moins de 12 ans

Timide et surprotégée par sa mère très pieuse, Carrie est une lycéenne rejetée par ses camarades. Le soir du bal de fin d’année, elle subit une sale blague de trop. Carrie déchaîne alors de terrifiants pouvoirs surnaturels auxquels personne n’échappera…


Bande-Annonce : CARRIE, LA VENGEANCE

Critique Film : CARRIE, LA VENGEANCE de Kimberly Peirce
avec Chloë Grace Moretz, Julianne Moore, Judy Greer…

Par Franck DIPPA PRISO

Timide et surprotégée par sa mère très pieuse, Carrie est une lycéenne rejetée par ses camarades. Le soir du bal de fin d’année, elle subit une sale blague de trop. Carrie déchaîne alors de terrifiants pouvoirs surnaturels auxquels personne n’échappera…

Le film “Carrie, la vengeance” est la reprise du classique “Carrie” de Brian de Palma de 1976.
Les thèmes abordés sont la brimade, l’intimidation et l’humiliation à l’adolescence.
Ce n’est pas un long-métrage d’épouvante et d’horreur. En réalité on perçoit plus une signature parodique du genre.
Le récit se positionne dans la moquerie au second degré.
Les trucages sont légion mais cependant grotesques.
La grande question est donc “Carrie, la vengeance” est un film d’épouvante et d’horreur ou une comédie ?

La première scène donne le ton. Et répond clairement à cette question lorsque l’on voit la maman de Carrie qui accouche d’elle sans cordon ombilical.
Le message est évident mais maladroit : moquons nous des mauvaises copies (films) de l’original le chef d’œuvre inventif de M. Brian de Palma des années 70.

Il y a pas mal d’artifices absurdes et non nécessaires collés à l’axe principal.
Par exemple : Carrie maitrise en une semaine ses pouvoirs télékinésiques.
Autre chose d’hallucinant, elle est capable de détruire un lycée en quelques minutes mais est incapable par contre de se défendre face à sa mère armée d’un couteau.
Ne parlons même pas des personnages et de leurs répliques aberrantes.

Le projet cinématographique “Carrie, la vengeance” s’est certainement trompé de classe de genre.
Il peut aisément prétendre à l’Oscar de la meilleur comédie de l’année.

Carrie est clairement dépoussiérée.
Les acteurs ne sont pas mauvais.
C’est juste le scénario qui est faillible car les personnages sont incohérents.
L’envie de respecter la base de l’original est louable mais étant donné que c’est mal fait, la beauté du travail reste très limitée.
“Carrie, la vengeance” est donc simplement un film d’horreur et d’épouvante raté.

Les + :

* Une nouvelle version du film “Carrie”

Les – :

* Incohérences scénaristiques
* Incohérences des personnages
* Dialogues et répliques

Thèmes : Brimade, intimidation, humiliation, télékinésie, Epouvante-Horreur etc.

Note : *****

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

Critique Film Cinéma : “Hunger Games – L’embrasement” – Mercredi 27 novembre 2013

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma : “Hunger Games – L’embrasement” – Mercredi 27 novembre 2013


Critique Film Cinéma Mercredi 27 novembre 2013

Hunger Games 2 : La domination !
FILM HUNGER GAMES 2HUNGER GAMES – L’EMBRASEMENT
Action (02h26min) – Date de sortie : 27/11/2013
De Francis Lawrence
Avec Jennifer Lawrence, Liam Hemsworth…

Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs.

Katniss Everdeen est rentrée chez elle saine et sauve après avoir remporté la 74e édition des Hunger Games avec son partenaire Peeta Mellark. Puisqu’ils ont gagné, ils sont obligés de laisser une fois de plus leur famille et leurs amis pour partir faire la Tournée de la victoire…


Bande-Annonce : HUNGER GAMES – L’EMBRASEMENT

Critique Film : HUNGER GAMES – L’EMBRASEMENT de Francis Lawrence avec Jennifer Lawrence, Liam Hemsworth…

Par Franck DIPPA PRISO

Katniss Everdeen est rentrée chez elle saine et sauve après avoir remporté la 74e édition des Hunger Games avec son partenaire Peeta Mellark.
Puisqu’ils ont gagné, ils sont obligés de laisser une fois de plus leur famille et leurs amis pour partir faire la Tournée de la victoire dans tous les districts. Au fil de son voyage, Katniss sent que la révolte gronde, mais le Capitole exerce toujours un contrôle absolu sur les districts tandis que le Président Snow prépare la 75e édition des Hunger Games, les Jeux de l’Expiation – une compétition qui pourrait changer Panem à jamais…

Le film “Hunger Games “II” – L’embrasement” est bien peut-être même mieux que le premier volet.
Ce projet est à destination des adolescents et des jeunes adultes.
La tension dramatique est si grande qu’au bout de plus de 2 heures la fin surprend bien le spectateur.
La saga “Hunger Games” a un bel avenir devant elle.
L’amour (compliqué), l’espoir, l’humanité, la compassion et l’amitié (bizarre) sont les bonnes valeurs que Katniss partage aux spectateurs en héroïne idéale.

Le scénario est brillamment élaboré et contient des thèmes intelligents qui parlent aux adolescents de toutes les tranches d’âge.
C’est une histoire de combat, de bataille, de guerre contre une dictature représentée par une société nommée Panem.
Ce concept est judicieux et efficient.
Les épreuves ou les jeux sont grandioses et complexes. Le tout est bien expliqué dans des dialogues qui dynamisent l’ensemble avec l’action, ce qui évite une narration spatio-temporelle difficile à mettre en place.

Les projets cinématographiques “Hunger Games” sont souvent comparés au long-métrage Japonais “Battle Royale”.
Sauf que “Hunger Games” est bien plus édulcoré, bien plus doux que le saignant “Battle Royale”.
L’appel à la révolte est tout à fait évident il n’y a pas besoin d’en faire plus, d’être extrême pour faire passer le message. La violence la plus importante se décline sous différentes formes (pendaison, strangulation, et éviscération). Et l’effet émotionnel et dramatique est bien là.

Le réalisateur Francis Lawrence fait un très bon travail de réalisation.
Le plus gros problème du film “Hunger Games – L’embrasement” est la présence constante de la caméra “agitée” et mal gérée pendant les luttes et autres situations dangereuses.
Les décors sont remarquables.
Les costumes sont magnifiques.
Dans l’ensemble le jeu des acteurs est correct. sauf peut-être au début, Jennifer Lawrence semble surjouer un poil son rôle.

La fin est intéressante et captivante.
On ne devine pas facilement la fin.
Le suspense reste entier pour l’héroïne et les autres (ok, plus pour les autres).
De plus, il reste deux films à réaliser, ce qui promet des suites encore d’un autre niveau.

Le long-métrage “Hunger Games – L’embrasement” est un franc succès et je pense vous aurez hâte de vite découvrir les surprises des prochains chapitres.

Les + :

* L’histoire accrocheuse
* La tension dramatique forte
* Les beaux décors
* Les ravissants costumes
* L’action
* Le suspense

Les – :

* La caméra “épileptique”
* L’interprétation un peu exagérée de Jennifer Lawrence au début

Thèmes : Adaptation de roman, adolescent, adolescence, anticipation, futur, avenir proche, rébellion, sœurs, suite, sequel, triangle amoureux etc.

Note : *****

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

Critique Film Cinéma “God Bless America” Mercredi 10 Octobre 2012

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma “God Bless America” Mercredi 10 Octobre 2012


Critique Film Cinéma Mercredi 10 Octobre 2012

Un film choc, irrévérencieux, punitif, un grand coup de gueule, mais surtout un grand cri de désespoir adressé à la société américain et au monde !
GOD BLESS AMERICA
Comédie (01h40min) – Date de sortie : 10/10/2012
De Bob Goldthwait
Avec Joel Murray, Tara Lynne Barr…
Interdit aux moins de 12 ans

Seul, sans boulot, gravement malade, Frank sombre dans la spirale infernale d’une Amérique déshumanisée et cruelle. N’ayant plus rien à perdre, il prend son flingue et assassine les personnes les plus viles et stupides qui croisent son chemin.
Dans “Taken”, Bryan Mills, ex-agent de la CIA aux compétences si particulières, a réussi à arracher sa fille des mains d’un gang mafieux. Un an plus tard, le chef du clan réclame vengeance. Cette fois-ci, c’est après lui qu’ils en ont.

Bande-Annonce : GOD BLESS AMERICA

Critique Film : GOD BLESS AMERICA de Bob Goldthwait avec Joel Murray, Tara Lynne Barr…

Par Franck DIPPA PRISO

Seul, sans boulot, gravement malade, Frank sombre dans la spirale infernale d’une Amérique déshumanisée et cruelle. N’ayant plus rien à perdre, il prend son flingue et assassine les personnes les plus viles et stupides qui croisent son chemin. Bientôt rejoint par Roxy, lycéenne révoltée et complice des plus improbables, c’est le début d’une équipée sauvage, sanglante et grandguignolesque sur les routes de la bêtise made in USA.

Le réalisateur Bob Goldthwait du film God Bless America aime les Etats-Unis avec violence.
Et l’instrument de sa démonstration cinématographique est l’acteur Joel Murray alias Frank le frère du célèbre comédien Bill Murray.
Frank a une tumeur au cerveau.
Il perd la tête et a un ultime projet : éliminer les abrutis de l’Amérique (les mals polis, les gens qui se plaignent pour deux fois rien, les enfants gâtés, les stars qui passent à la télévision pour dire des bêtises, les personnes qui téléphonent pendant un film au cinéma, les intégristes religieux haineux etc.).

L’idée du metteur en scène est simple, il s’agit de montrer ce que beaucoup de personnes pensent souvent sans passer à l’acte.
Le film se veut drôle, au 2ème voir au 3ème degré.
Il se pose en sujet de réflexion et même plus en électrochoc infligé à nos consciences.
Le couple improbable de cette expérience “traumatisante” est aussi composé de Tara Lynn Barr alias Roxy une adolescente complètement déjantée.
Frank notre “héros” humilié se venge sur l’existence en exterminant tous les individus qui l’exaspère, c’est un véritable bain de sang.
Selon Bob Goldthwait “Il ne faut pas prendre mon film au pied de la lettre. C’est une comédie noire, pas une invitation à la violence!”
Même si le budget film est dérisoire, le réalisateur de “World’s Greatest Dad” de 2009 affirme “Je représente une autre facette du cinéma indépendant qui balaye grosses productions et films intellos pour foncer dans le tas avec délices”.

L’humour du film est barbare et son axe libertaire. Le tout propulse ce “petit bijou” du cinéma indépendant au sommet à contre courant des superproductions d’Hollywood. Un grand choc, une énorme gifle, une surprise de rage bon enfant qui peut procurer une satisfaction condamnable.
Ici c’est clair, le monde est séparé en deux, celui des bons et des méchants et ils ne sont pas toujours ceux que nous croyons.
Ce projet est complètement barré et en le regardant on peut éprouver un plaisir malsain.
Malgré tout, il faut garder à l’esprit que c’est une comédie indépendante américaine qui parie sur l’opposition du bien pensant, du conventionnel et la provocation.
Et ça marche !
L’Amérique en prend pour son grade.
Son style de vie et son lien avec la télé réalité par exemple est critiqué sans pitié et manière délectable.
La réalisation a certaines faiblesses, néanmoins le côté controverse l’emporte au final de façon “jouissive”.
Frank et de Roxy vide leur sac de manière radicale et c’est gore mais à un moment donné tout ça tourne un peu en rond.
Nous “justiciers” tombent dans la tourmente de la violence, et cela nous rappelle le film “Tueurs-nés” d’Oliver Stone, en plus lent et en plus “fun”.

Vous aimerez ce long-métrage ou vous le détesterez cependant vous serez tous d’accord sur un point il vous marquera.

Les + :

* Choc
* Irrévérencieux
* Humour
* Spectacle dynamique

Les – :

* Gore
* Mise en scène faible
* Créneau avec des limites

Thèmes : Adolescent, adolescence, Armes à feu, Assassin, Tueur, Meurtrier, Criminel, chômage, Duo, Tandem, Malade et maladie, meurtre d’enfant, road movie, situation comique, gag, Télé réalité etc.

Note : *****

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

Critique Film Cinéma “The Amazing Spider-Man” Mercredi 04 Juillet 2012

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma “The Amazing Spider-Man” Mercredi 04 Juillet 2012


Critique Film Cinéma Mercredi 04 Juillet 2012

Le mythe de Spider-Man est revu mais pas corrigé par Marc Webb. Cependant, c’est un divertissement efficace même avec pas mal de défauts !  Mention bien sur l’évocation du premier amour de Peter Parker, les drames et les doutes de notre héros !
THE AMAZING SPIDER-MAN
Action (02h17min) – Date de sortie : 04/07/2012
De Marc Webb
Avec Andrew Garfield, Emma Stone…
A partir de 10 ans

Abandonné par ses parents, et élevé par son oncle, Peter Parker a tout du lycéen timide, jusqu’à ce qu’il devienne Spider-Man. Il va alors utiliser ses nouveaux pouvoirs pour lever le voile sur les projets secrets du Dr. Connors, et peut-être découvrir la vérité sur son père…

Bande-Annonce : THE AMAZING SPIDER-MAN

Critique Film : THE AMAZING SPIDER-MAN de Marc Webb avec Andrew Garfield, Emma Stone…

Par Franck Olivier DIPPA PRISO

Prochainement

Abandonné par ses parents lorsqu’il était enfant, Peter Parker a été élevé par son oncle Ben et sa tante May. Il est aujourd’hui au lycée, mais il a du mal à s’intégrer. Comme la plupart des adolescents de son âge, Peter essaie de comprendre qui il est et d’accepter son parcours. Amoureux pour la première fois, lui et Gwen Stacy découvrent les sentiments, l’engagement et les secrets. En retrouvant une mystérieuse mallette ayant appartenu à son père, Peter entame une quête pour élucider la disparition de ses parents, ce qui le conduit rapidement à Oscorp et au laboratoire du docteur Curt Connors, l’ancien associé de son père. Spider-Man va bientôt se retrouver face au Lézard, l’alter ego de Connors. En décidant d’utiliser ses pouvoirs, il va choisir son destin…

Les + :

Les – :

Thèmes : Adaptation de comic-book, Adolescent, adolescence, araignée, blockbusters, superproductions US, double identité, expérience scientifique, chercheur scientifique, films en 3D – en relief, manipulation génétique, New York, reboot, super-héros, super-héroïne, transformation etc.

Note : *****

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

Critique Film Cinéma “Hunger Games” Mercredi 21 Mars 2012

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma “Hunger Games” Mercredi 21 Mars 2012


Critique Film Cinéma Mercredi 21 Mars 2012

Le téléréalité des survivants futurs !
HUNGER GAMES
Action (02h22min) – Date de sortie : 21/03/2012
De Gary Ross
Avec Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson…
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Dans le futur, le gouvernement fédéral des USA exige de chacun de ses 12 districts qu’il envoie un jeune garçon et une jeune fille pour participer aux Hunger Games, un combat à mort retransmis en direct à la télévision.

Bande-Annonce : HUNGER GAMES

Critique Film : HUNGER GAMES de Gary Ross avec Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson…

Par Franck Olivier DIPPA PRISO

“The Hunger Games” est l’adaptation cinématographique du livre best-seller du même nom. Suzanne Collins est l’auteur de cette trilogie à succès.
Il est évident que “The Hunger Games” veut surfer sur la vague teen sensation comme “Harry Potter” et “Twilight”.
Ce film n’est pas exceptionnel mais il se regarde bien sans problème. C’est un divertissement correct.

Dans un monde contre-utopique, les humains sont isolés dans 12 districts. Une fois par an, des garçons et des filles de 12 et 18 ans doivent se battre entre eux ans un univers mi-réel et mi-virtuel. Une seule personne peut remportée cette compétition mortelle. Katniss alias Jennifer Lawrence est l’élue du district 12. C’est une as de l’arc et des flèches, elle est par conséquent l’une des favorites.

Chaque année, dans les ruines de ce qui était autrefois l’Amérique du Nord, le Capitole, l’impitoyable capitale de la nation de Panem, oblige chacun de ses douze districts à envoyer un garçon et une fille – les “Tributs” – concourir aux Hunger Games. A la fois sanction contre la population pour s’être rebellée et stratégie d’intimidation de la part du gouvernement, les Hunger Games sont un événement télévisé national au cours duquel les tributs doivent s’affronter jusqu’à la mort. L’unique survivant est déclaré vainqueur.
La jeune Katniss, 16 ans, se porte volontaire pour prendre la place de sa jeune sœur dans la compétition. Elle se retrouve face à des adversaires surentraînés qui se sont préparés toute leur vie. Elle a pour seuls atouts son instinct et un mentor, Haymitch Abernathy alias Woody Harrelson, qui gagna les Hunger Games il y a des années mais n’est plus désormais qu’une épave alcoolique. Pour espérer pouvoir revenir un jour chez elle, Katniss va devoir, une fois dans l’arène, faire des choix impossibles entre la survie et son humanité, entre la vie et l’amour…

Si vous aimez les films du genre “Battle Royale” (pour cerains “Hunger Games” est une copie conforme voir même un plagiat de “Battle Royale”), “Death Race” ou “The Running Man” ce long-métrage (avec un peu moins de testostérones) est pour vous.

A l’ère de la téléréalité et du rêve de célébrité toujours grandissant ce projet jette bien un pavé dans la marre.
La compétition du superficielle est bien accentuée et dénoncée.
Ce projet propose une critique sociale claire.
Nous sommes bien là au cœur d’une société ayant un système Big Brother.
Les caméras sont partout, et elles sont alimentées par un spectacle orchestré de toute pièce.
Il n’y a plus d’espoir et de liberté.
Même la contestation n’existe plus.
L’Etat mène une politique presque dictatoriale.
Il est aisé de comparer ce gouvernement aux nôtres tant la répression est de plus en plus présente un peu partout.

Cette œuvre n’est pas un court écrit satirique.
Il s’agit plus d’une bonne distraction, brutale sans trop être féroce. Les notions de confiance, de découverte du potentiel, d’apprentissage, d’adaptation, les leçons, et les morales sont assez classiques.

La hardiesse de la comédienne Jennifer Lawrence est remarquable.
Elle a ici enfin un rôle dans un blockbuster qui va la faire connaître du grand public.
Les autres acteurs comme Woody Harrelson, Donald Shuterland, Lenny Kravitz, Stanley Tucci… sont bons même si leurs personnages manquent de caractère.

La réalisation de Gary Ross (“Pleasantville”) est nerveuse.
La musique est plaisante et elle est signée James Newton Howard. Le film “The Hunger Games” est un mix inhabituel d’action et de catastrophes sociales, saupoudré d’une histoire d’amour tout à fait superflue.
Le résultat est audacieux, et un peu gros, malgré tout l’ensemble n’est pas pénible à regarder, loin de là. Attendons donc les deux prochaines suites.

Les + :

* Ce film est un blockbuster u.s avec un message moral et social
* L’actrice Jennifer Lawrence sort du lot dans ce casting de haut vol
* La mise en scène est compétente efficace cependant les affrontements sont désordonnés
* Il y a beaucoup d’action, un peu d’humour, de l’affection et une histoire d’amour.

Les – :

* La première partie du long-métrage est un peu longue
* Les dialogues sont souvent pauvres
* La critique sociale n’est pas approfondie

Les thèmes : Adaptation de roman, Adolescent, adolescence, amour contrarié, amour impossible, anticipation, Futur, avenir proche, Chanteurs et chanteuses au cinéma, série, Combat, Bagarre, Castagne, compétition, tournoi, couteaux et armes blanches, entraînement, entraîneur et coach, forêt, Survival, tir à l’arc et flèches etc.

Note : *****

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (2)

CINEBOOSTER TV

CINEBOOSTER RADIO

Cinebooster – audio

mars 2019
L M M J V S D
« Jan    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

CINEBOOSTER RADIO