Tag Archive | "Fantastique"

Critique Film Cinéma : « Les Animaux Fantastiques » – Mercredi 16 Novembre 2016

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma : « Les Animaux Fantastiques » – Mercredi 16 Novembre 2016


Critique Film Cinéma Mercredi 16 Novembre 2016

La nouvelle saga digne héritière d’Harry Potter !
FILM CINEMA LES ANIMAUX FANTASTIQUESLES ANIMAUX FANTASTIQUES
Fantastique, Aventure (02h13min) – Date de sortie : 16/11/2016
De David Yates
Avec Eddie Redmayne, Katherine Waterston, Dan Fogler, Colin Farrell…
Américain, Britannique

Les aventures de Norbert Dragonneau, l’auteur du livre Les Animaux Fantastiques qu’étudiait Harry Potter.

New York, 1926. Le monde des sorciers est en grand danger. Une force mystérieuse sème le chaos dans les rues de la ville : la communauté des sorciers risque désormais d’être à la merci des Fidèles de Salem, groupuscule fanatique des Non-Maj’ (version américaine du « Moldu ») déterminé à les anéantir. Quant au redoutable sorcier Gellert Grindelwald, après avoir fait des ravages en Europe, il a disparu… et demeure introuvable.
Ignorant tout de ce conflit qui couve, Norbert Dragonneau débarque à New York au terme d’un périple à travers le monde : il a répertorié un bestiaire extraordinaire de créatures fantastiques dont certaines sont dissimulées dans les recoins magiques de sa sacoche en cuir – en apparence – banale. Mais quand Jacob Kowalski, Non-Maj’ qui ne se doute de rien, libère accidentellement quelques créatures dans les rues de la ville, la catastrophe est imminente. Il s’agit d’une violation manifeste du Code International du Secret Magique dont se saisit l’ancienne Auror Tina Goldstein pour récupérer son poste d’enquêtrice. Et la situation s’aggrave encore lorsque Percival Graves, énigmatique directeur de la Sécurité du MACUSA (Congrès Magique des États-Unis d’Amérique), se met à soupçonner Norbert… et Tina.
Norbert, Tina et sa sœur Queenie, accompagnés de leur nouvel ami Non-Maj’ Jacob, unissent leurs forces pour retrouver les créatures disséminées dans la nature avant qu’il ne leur arrive malheur. Mais nos quatre héros involontaires, dorénavant considérés comme fugitifs, doivent surmonter des obstacles bien plus importants qu’ils n’ont jamais imaginé. Car ils s’apprêtent à affronter des forces des ténèbres qui risquent bien de déclencher une guerre entre les Non-Maj’ et le monde des sorciers.


Bande-Annonce : LES ANIMAUX FANTASTIQUES
 
Critique Film : LES ANIMAUX FANTASTIQUES de David Yates avec Eddie Redmayne, Katherine Waterston, Dan Fogler, Colin Farrell…

Par Franck DIPPA PRISO

Que mange le Puffskein? Pourquoi ne vaut-il pas mieux laisser dans le jardin une coupe de lait destinée à un Knarl? Pour tout connaître sur « Les Animaux fantastiques » que l’on peut rencontrer dans une vie de magicien, Aldus Dumbledore, le directeur du Collège Poudlard conseille à ses élèves la lecture de cet ouvrage, attribué à l’auteur légendaire Newt Scamander. Harry Potter, bien sûr, a profité de l’un de ces voyages vers Poudlard pour suivre les conseils du respecté Dumbledore.

Les + :

Les – :

Mots clés, Tags, Thèmes :Animaux, Pouvoirs surnaturels, Magie et magiciens, Ambiance 60’s, Années 60, New York, Sorciers, Sorcières, Sorcellerie, Famille, Geek, Etats-Unis, Adrénaline, Univers Harry Potter etc.

Note : (/5)

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

Critique Film Cinéma : « Doctor Strange » – Mercredi 26 Octobre 2016

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma : « Doctor Strange » – Mercredi 26 Octobre 2016


Critique Film Cinéma Mercredi 26 Octobre 2016

Docteur Strange le plus puissant super-héros, sorcier, mystique et magicien de chez Marvel arrive enfin sur grand écran !
FILM CINEMA DOCTOR STRANGEDOCTOR STRANGE
Fantastique, Action (01h55min) – Date de sortie : 26/10/2016
De Scott Derrickson
Avec Benedict Cumberbatch, Chiwetel Ejiofor, Tilda Swinton, Rachel McAdams…
Américain

Doctor Strange suit l’histoire du Docteur Stephen Strange, talentueux neurochirurgien qui, après un tragique accident de voiture, doit mettre son égo de côté et apprendre les secrets d’un monde caché de mysticisme et de dimensions alternatives. Basé à New York, dans le quartier de Greenwich Village, Doctor Strange doit jouer les intermédiaires entre le monde réel et ce qui se trouve au-delà, en utilisant un vaste éventail d’aptitudes métaphysiques et d’artefacts pour protéger le Marvel Cinematic Universe.


Bande-Annonce : DOCTOR STRANGE

Critique Film : DOCTOR STRANGE de Scott Derrickson avec Benedict Cumberbatch, Chiwetel Ejiofor, Tilda Swinton, Rachel McAdams…

Par Franck DIPPA PRISO

L’histoire d’un neurochirurgien, le Dr Stephen Strange, qui, après avoir été victime d’un horrible accident de la route, découvre des dimensions parallèles et un univers fantastique.

Le film cinéma « Doctor Strange » de Scott Derrickson est une réussite d’abord grâce aux prouesses techniques visuelles à couper le souffle.
La 3D a ici un véritable univers d’expression dédié et idéal. La magie ou la sorcellerie contrôle les dimensions parallèles, le temps et l’espace sont tordus et manipulés à souhait. Le rendu est plaisant, original, inventif (jeux de faux miroirs, figures mathématique et métaphysique etc.) et référentiel.
On nage souvent en plein délire psychédélique (c’est à se demander si le réalisateur, les équipes de la 3D et des effets spéciaux étaient sous LSD).

Cependant, il y a un gros copier-coller majeur et tellement flagrant.
Ils vont puiser dans un film référence en la matière (visuel de la distorsion dimensionnelle) « Inception » de Christopher Nolan de 2010. Ce qui est bien, c’est qu’il vont plus loin que le réalisateur d’Interstellar (2014) en jouant avec les morceaux de la ville à la fin du long-métrage tel un puzzle urbain géant magique. On peut noter également un autre « emprunt » facile mais tellement efficace comme la glisse et chute gravitationnelle lors du combat dans un couloir d’un sanctuaire saint des saints.
Parlons maintenant des autres points, car un visuel excellent ne fait pas un film exceptionnel. Et pour cause, dans le fond le métrage est banal, et même aberrant. On peut superposer Doctor Strange à Iron Man. Et quel est le résultat ? C’est de vrais jumeaux (production, écriture des personnages Cumberbatch et Downey Jr. etc.) !
Le scénario est prévisible. Les personnages sont bâclés, creux et pas assez développés sur le papier. La narration et les dialogues sont plats et sans réel intérêt. Dommage pour des pointures d’acteurs inexploitées comme Tilda Swinton et Chiwetel Ejiofor.
La musique de Michael Giacchino est surprenante (clavecin, ambiances des années 70, western italien et orientale).
Nous ne l’évoquons pas souvent mais mention très bien pour les costumes. C’est regrettable car la musique et les costumes, les deux autres atouts du projet après le visuel ne sont pas mis en avant.

Pour le futur, le Studios Marvel doit faire un effort sur le fond et chercher à produire une œuvre singulière pour marquer l’esprit des spectateurs.
Il y a peu d’espoir de voir ce changement pour le moment car depuis toutes les super-productions de films de super-héros maison sont du même acabit (médiocres). Mais bon l’espoir fait vivre… Attendons les suites… Un miracle est toujours possible.
P.S : Ne partez pas avant la fin du générique, car il y a deux scènes bonus à la fin ou post-génériques. Dans la première Docteur Strange a une conversation intéressante avec un Avengers blond qui aime la bière. Et la deuxième scène montre Mordo qui passe du côté des méchants (voilà pour les indices).

Les + :

* Un visuel à couper le souffle
* Une musique étonnante et originale
* De beaux costumes

Les – :

* Une narration plate
* Des dialogues creux
* Des acteurs excellents qui ne sont pas valorisés

Mots clés, Tags, Thèmes :Adaptation de comic-book Marvel, Adrénaline, Chirurgie, Chirurgiens, Opération chirurgicale, Combat, Bagarre, Castagne, Docteur Strange, Etats-Unis, Forces du bien contre les forces du mal, Geek, Greenwich Village, Image de synthèse, Jeunes adultes, Magie et magiciens, Monde parallèle, New York, Scène supplémentaire dans le générique de fin, Sorciers, Sorcières, Sorcellerie, Super-héros, Super-héroïne, Teen movie, Films d’ado etc.

Note : *** (3/5)

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

Wonder Woman – Bande-Annonce – Film attendu de 2017

Tags: , , , , , , , , , , , , , , ,

Wonder Woman – Bande-Annonce – Film attendu de 2017


FILM CINEMA WONDER WOMANWONDER WOMAN
Action, Aventure, Fantastique – Date de sortie : 07/06/2017
De Patty Jenkins
Avec Gal Gadot, Chris Pine, Connie Nielsen…

Avant d’être Wonder Woman, elle s’appelait Diana, princesse des Amazones, entraînée pour être une guerrière impossible à conquérir. Elle est élevée sur une île isolée et paradisiaque, mais lorsqu’un pilote américain s’écrase sur leur rivage et annonce qu’un conflit à grande échelle fait rage dans le monde, Diana quitte son foyer, convaincue qu’elle doit arrêter cette menace. Combattant aux côtés de cet homme et des siens pour mettre fin à cette guerre et à toutes les guerres, Diana découvre ses vrais pouvoirs… Et son véritable destin.

Bande-Annonce VOSTFR : WONDER WOMAN

La Rédaction de CinéBooster

Posted in Bandes-Annonces 2.0, CinéBooster Presse, Photos, VidéosCommentaires (0)

Critique Film Cinéma : « Miss Peregrine et les Enfants Particuliers » – Mercredi 05 Octobre 2016

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma : « Miss Peregrine et les Enfants Particuliers » – Mercredi 05 Octobre 2016


Critique Film Cinéma Mercredi 05 Octobre 2016

Les enfants super-héros de Tim Burton !
FILM CINEMA MISS PEREGRINE ET LES ENFANTS LES PARTICULIERSMISS PEREGRINE ET LES ENFANTS PARTICULIERS
Aventure, Famille, Fantastique (02h07min) – Date de sortie : 05/10/2016
De Tim Burton
Avec Eva Green, Asa Butterfield, Samuel L. Jackson…
Américain, Belge, Britannique

A partir de 10 ans

À la mort de son grand-père, Jacob découvre les indices et l’existence d’un monde mystérieux qui le mène dans un lieu magique : la Maison de Miss Peregrine pour Enfants Particuliers. Mais le mystère et le danger s’amplifient quand il apprend à connaître les résidents, leurs étranges pouvoirs … et leurs puissants ennemis. Finalement, Jacob découvre que seule sa propre « particularité » peut sauver ses nouveaux amis.


Bande-Annonce : MISS PEREGRINE ET LES ENFANTS PARTICULIERS

Critique Film : MISS PEREGRINE ET LES ENFANTS PARTICULIERS de Tim Burton avec Eva Green, Asa Butterfield, Samuel L. Jackson…

Par Franck DIPPA PRISO

Suite à la mort tragique de son grand-père, Jake décide, dans son processus de deuil, d’aller visiter l’orphelinat qu’avait habité son ancêtre à une certaine époque. Celui-ci lui avait raconté des histoires fantastiques en lien avec ce lieu, qu’il disait magique. Arrivé sur l’île au large du Pays de Galles, Jake franchit une boucle temporelle et se retrouve auprès de Miss Peregrine et ses Enfants particuliers, des jeunes ayant d’étonnantes facultés. Il apprendra alors que lui aussi possède un talent particulier, celui de voir les monstres qui menacent la sécurité des enfants et, donc, de les protéger contre leurs ennemis invisibles.

Le film cinéma « Miss Peregrine et les Enfants Particuliers » de Tim Burton est le digne frère de ses précédents succès (Beetle Juice, Edward aux Mains d’Argent etc.).
Cependant, l’univers glauque et gothique est absent au profit d’une ambiance joyeuse et festive qui captive dès le début de l’histoire. La clôture est épiquement romantique.

La prouesse visuelle de ce projet est extraordinaire.
Il y a une dizaine d’années cela n’aurait pas été possible car les moyens techniques n’étaient pas encore assez avancés. Le grand atout de « Miss Peregrine et les Enfants Particuliers » ce sont les effets spéciaux.
Les métamorphoses ne se montraient pas avant car pas assez belles et crédibles à l’écran.
Aujourd’hui les graphistes et les animateurs peuvent nous montrer avec fierté des transformations spectaculaires comme celle de Miss Peregrine en oiseaux, les pouvoirs des enfants spéciaux et des méchants.
D’ailleurs, voici un petit détail qui confirme ce fait. Le nom du producteur des effets spéciaux est en première position au générique de fin du long-métrage même avant ceux des acteurs.

Il n’y a pas que les images qui sont géniales. L’adaptation de l’œuvre « Miss Peregrine et les Enfants Particuliers » est aussi forte et bien transmise.
Cependant, il est vrai que par moment la narration va un peu vite pour le spectateur (l’indécision de Jack à partir puis revenir etc.). L’ensemble du tableau pousse à la curiosité et le tout est intelligemment articulé.

Faire le récit de cette histoire difficile inspirée du livre de Ramson Riggs sur grand écran n’était pas gagné. Malgré tout, la scénariste de « Kick-Ass » Jane Goldman propose un résultat excellent bien visible. On comprend vite cette aventure même si beaucoup de spécificités peuvent nous perturber notre suivi et notre compréhension (voyage dans le temps etc.).

Nous recommandons ce film à des enfants de 12 ans et plus. Les créatures et les monstres font d’horribles choses (par exemple ils mangent les yeux des enfants) et font vraiment peur (attention aux cauchemars en perspective…).

Les comédiens Asa Butterfield alias Jacob notre héros, Ella Purnell alias Emma et Eva Green la gouvernante alias Miss Peregrine apportent une dimension adorable, plus sensible et plus humaine à ce joli conte noir sophistiqué qui en avait bien besoin pour rester à la portée du plus grand nombre.

Le long-métrage « Miss Peregrine et les Enfants Particuliers » nous replonge dans la période faste du cinéaste Tim Burton sans vraiment y être. Parfois cette galerie narrative est tortueuse mais le spectacle est efficace et grandiose avec une empreinte mythologique abondante qui pousse à la curiosité.

Les + :

* Les effets spéciaux
* Des acteurs lumineux

Les – :

* Des images horribles pour les enfants de moins de 12 ans
* Une narration parfois compliquée

Mots clés, Tags, Thèmes :
Adolescent, Adolescence, Conseillé à partir de 10 ans, Créatures fantastiques, Enfance, Enfant, Île, Île déserte, Île paradisiaque, Jeunes adultes, Monstre et monstre marin, Mystère, Oiseaux, Orphelin, Orphelinat, Pouvoirs surnaturels, Rajeunissement numérique, Relation grands-parents, petits enfants, Seconde guerre mondiale, Voyage dans le temps etc.

Note : *** (3/5)

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

Critique Film Cinéma : « Star Wars – Le Réveil de la Force » – Mercredi 16 Décembre 2015

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma : « Star Wars – Le Réveil de la Force » – Mercredi 16 Décembre 2015


Critique Film Cinéma Mercredi 16 Décembre 2015

Le 7ème épisode de la « Guerre des Etoiles » tant attendu (entre nostalgie et continuité) !
FILM CINEMA STAR WARS - LE REVEIL DE LA FORCESTAR WARS – LE REVEIL DE LA FORCE
Aventure, Action, Science-Fiction (02h15min) – Date de sortie : 16/12/2015
De J.J. Abrams
Avec Daisy Ridley, John Boyega, Oscar Isaac, Adam Driver…
Américain

Dans une galaxie lointaine, très lointaine, un nouvel épisode de la saga « Star Wars », 30 ans après les événements du « Retour du Jedi ».


Bande-Annonce : STAR WARS – LE REVEIL DE LA FORCE

Critique Film : STAR WARS – LE REVEIL DE LA FORCE de J.J. Abrams avec Daisy Ridley, John Boyega, Oscar Isaac, Adam Driver…

Par Franck DIPPA PRISO

Le film « Star Wars « 7 » – Le Réveil de la Force » tant attendu par les fans est un mélange de nostalgie et d’espoir qui respect bien les codes de la célèbre saga intergalactique.
Après la relance fructueuse de la nouvelle franchise « Star Trek » le réalisateur J.J. Abrams relève un nouveau défi. Celui de faire la même chose pour la série mythique « La Guerre des Etoiles ». A-t-il réussi ?

« Le Réveil de la Force » ressemble drôlement à l’épisode ‘Un Nouvel Espoir ».
La Résistance affronte l’Empire (ici « Le Premier Ordre »). Les deux ennemis de toujours cherchent à récupérer une information capitale (la cachette de Luke Skywalker) dissimulée dans le nouveau droïde arrondi et roulant BB-8 (la relève de R2-D2).
Les combats sont nombreux. Le déroulement est classique et composé du bar à monstres, la lutte finale aérienne etc.
Surprendre le spectateur est une réelle difficulté pour le cinéaste parce qu’au septième film de ce feuilleton légendaire c’est vraiment compliqué d’être original et de bluffer le public.

On peut découvrir de nouvelles têtes comme la belle Daisy Ridley alias Rey (personnage fort et marquant) en récupératrice de pièces détachées d’épaves (future Jedi(e)), le jeune Stormtrooper déserteur en la personne de John Boyega alias Finn (personnage drôle et touchant), le pilote surdoué Oscar Isaac alias Poe Dameron (personnage sympathique et attachant) et Adam Driver alias Kylo Ren (personnage effrayant à la Dark Vador sauf sans son masque) un Seigneur du Coté Obscur de la Force et petit fils de Dark Vador. Le début du long-métrage présente et installe bien les rôles, les buts, l’intrigue etc. Tout se passe une trentaine d’année après l’aventure « Le Retour du Jedi » et depuis Luke Skywalker a disparu de la circulation.

L’histoire reste bien dans la ligne des premiers Star Wars. Justement un peu trop même (le recyclage ou le copier/coller est flagrant avec juste en plus des acteurs vedettes plus jeunes et des moyens technologiques plus évolués). Le scénario et les dialogues sont un peu bâclés et faciles.
Les valeurs transmises sont l’esprit d’équipe et de famille.
Certaines révélations sont farfelues et amusantes au final (les explications sur les liens familiaux).
Sans oublier quelques incohérences du type, une novice future apprentie Jedi qui tient tête à un Seigneur du Côté Obscur, R2-D2 qui émerge d’une veille profonde vers la fin du film… Comment et pourquoi ?
Autre chose, qui est Rey ? D’où vient-elle ?

La production « Star Wars – Le Réveil de la Force » est plus qu’honorable sur le plan du jeu des acteurs, des effets spéciaux, des décors et de la musique.
Les scènes d’action sont légions (un peu trop d’ailleurs) et grandioses. Est-ce pour masquer certaines faiblesses scénaristiques et parfois de mise en scène ?
Pour le moment, Abrams le géniteur du film « Super 8 » n’a pas encore trouvé comment imposer sa marque à cette série cinématographique de science-fiction culte.

Ce n’est pas le meilleur jet de la franchise. Cependant, c’est un préambule acceptable si on se dit que la barre sera peut-être plus haute dans la suite.
Pour l’instant, nous avons droit à un film hollywoodien (coupe faim pour les fans impatients depuis longtemps) à gros budget divertissant et spectaculaire mais sans personnalité affirmée. Une consolation (bien calculée) tente de faire oublier la légèreté du projet. C’est le retour des vieux. Et ne boudons pas le plaisir immense de revoir tous nos héros des précédents films (Carrie Fisher alias Princesse « Général » Leia, Harrison Ford alias Han Solo, Peter Mayhew alias Chewbacca et Mark Hamill alias Luke Skywalker).
Petite surprise du chef, malheureusement un de ses personnages meurt à la fin.

Les + :

* La Naissance d’un personnage fort et marquant (Rey)

* Le Jeu des acteurs

* Les Effets spéciaux

* Les Décors

* La Musique

* Revoir les héros du passé

Les – :

* Certaines incohérences

* Scénario léger sans originalité

* Dialogues simplistes

Mots clés, Tags, Thèmes : Aventure, Action, Science-Fiction, Fantastique, Western, Western galactique, Adrénaline, All Star Movie, anticipation, Futur, avenir proche, batailles spatiales, blockbusters, superproductions US, C3-PO, Chewbacca, Dark Vador, Espace, astronaute, cosmonaute, famille, Film culte, forces du bien contre les forces du mal, galaxie, Han Solo, image de synthèse, Luke Skywalker, musique culte, pouvoir, contrôle, pouvoirs surnaturels, Princesse Léïa, R2-D2, Space-opera, Star Wars, suite, sequel, suite longtemps attendue, vaisseau spatial et soucoupe volante etc.

Note : *** (3/5)

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

Critique Film Cinéma : « Noé » – Mercredi 09 avril 2014

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma : « Noé » – Mercredi 09 avril 2014


Critique Film Cinéma Mercredi 09 avril 2014

Une version spéciale du déluge non biblique et non historique !
NOE
« Biblique », Fantastique , Péplum , Aventure (02h18min) – Date de sortie : 09/04/2014
De Darren Aronofsky
Avec Russell Crowe, Jennifer Connelly, Emma Watson…

Noé est un homme promis à un destin exceptionnel alors qu’un déluge apocalyptique va détruire le monde. La fin du monde… n’est que le commencement.


Bande-Annonce : NOE

Critique Film : NOE de Darren Aronofsky avec Russell Crowe, Jennifer Connelly, Emma Watson…

Par Franck DIPPA PRISO

Lors d’un cauchemar, Noé voit l’humanité être décimée par les flots. Convaincu qu’il s’agit de Dieu qui lui annonce la venue prochaine d’un déluge qui détruira tout, il a l’idée de construire une immense arche pour abriter sa famille et la totalité des espèce animales. Il est aidé dans ce travail colossal par son grand-père Mathusalem et des anges déchus. L’influent forgeron Toubal-Caïn et le reste de la population ne prennent pas ce projet au sérieux. Mais lorsque la pluie commence à tomber, ils tenteront d’utiliser la force pour se réfugier dans ce lieu protecteur.

Depuis les films à succès « Requiem for a Dream » et « Black Swan » le réalisateur Darren Aronofsky n’est plus dans le coup. En effet, il nous plonge le plus souvent dans des projets à tendance mélodramatique plus que décevant chargés de symboles lourds. Hélas, c’est aussi le cas pour son nouveau long-métrage « Noé ».

Le souci c’est que les enjeux du récit ne sont pas convaincants. La lourde responsabilité qu’il y a sur le cœur de Noé n’est pas assez grave et même pas dramatique du tout. Il y a un manque de cohérence dans les choix et les gestes du héros. Dramatiquement parlant le metteur en scène sèche (pardon pour le jeu de mot s’était plus fort que moi) et cela nous plonge dans un désert total d’inspiration.

S’opposer à Dieu tout puissant, c’est perdu d’avance. L’être humain n’y peut rien. Ce qui amène à comprendre que certains grands combats et effets spéciaux sont écrits d’avance. Chose qui baisse le capital charme de l’œuvre. La recette secrète recherchée par de tous les cinéastes est de savoir comment surprendre les spectateurs du début à la fin d’un film.

Aronofsky touche à une histoire unique, un classique (Noé, le déluge et la « première fin du monde ») et se permet beaucoup trop de libertés (une version propre à lui) sans respecter la base biblique. Un conseil, lisez les passages de la Bible (Genèse 6 à 9) sur le récit de Noé et du déluge avant d’aller voir ce film.

Les prises de vue de ce long-métrage laisse à désirer (peu adroites et très basiques). Les costumes font sourire et le mot est faible. Les anges déchus sont risibles et sont semblables à des personnages de films pour enfants des années 90. La morale écologiste, environnementaliste et végétarienne sont aussi de mise dans les messages cette œuvre filmique.

Malgré tout Darren Aronofsky nous offre des images époustouflantes et c’est normal, on en attendait pas moins de lui. Cependant, ce n’est pas ce qui va noyer (désolé encore un jeu de mot trop tentant) les fautes, les maladresses et autres incohérences de l’ensemble du film. En résumé, les clichés de métrages d’action, les clés dramatiques et les effets spéciaux excessifs rendent ce thème fort, biblique et historique superficiel et vide. Alors que cette histoire était du pain bénit pour qui l’abordait avec simplicité et efficacité.

Les + :

* Les images magnifiques

Les – :

* Clichés des films d’action
* Enjeux dramatiques
* Effets spéciaux en surplus

Thèmes : Noé, déluge, histoire, Bible, biblique, adaptation, « première fin du monde », eau, inondation, mort, renaissance, purge, bateau, sauvetage, arche, arche de Noé, Genèse, Ancien testament etc.

Note : *****

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

CINEBOOSTER TV

CINEBOOSTER RADIO

Cinebooster – audio

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

juillet 2017
L M M J V S D
« Déc    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31  

CINEBOOSTER RADIO

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.