Tag Archive | "traque"

Jeu-Concours – Gagnez des places de cinéma du film “Django Unchained” !

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Jeu-Concours – Gagnez des places de cinéma du film “Django Unchained” !


FILM CINEMA DJANGO UNCHAINED

Jeu-Concours – Gagnez des places de cinéma du film “Django Unchained” !!!

Du mercredi 02 au mercredi 16 janvier 2013 remportez des places de cinéma du film “Django Unchained” dans la limite des stocks disponibles.

Etape 1/ Inscrivez-vous comme fan et tenez-vous au courant des bandes-annonces, de l’actualité, des jeux-concours film cinéma, dvd, série tv etc… et encouragez vos amis et contacts à devenir fans de CinéBooster sur Facebook :
http://www.facebook.com/pages/CineBooster/261494253685
puis abonnez-vous et suivez-nous sur Twitter :
http://twitter.com/cinebooster
et grâce à notre flux rss ou au flux par e-mail.

Etape 2/ Question Aléatoire : Combien de personnes vont participer à ce jeu-concours ?

Etape 3/ Après avoir effectué l’étape 1 et 2 adressez vos coordonnées complètes (nom, prénom, adresses e-mail, postale et numéro de téléphone) à : contact@cinebooster.com

N’oubliez pas de joindre dans votre e-mail de participation votre lien de fan Facebook CinéBooster et votre lien d’abonné Twitter CinéBooster.

Jeu-Concours valable pour une personne par foyer uniquement en France Métropolitaine et prioritaire aux nouveaux participants.

Bonne chance à tous !!!

L’Equipe de CinéBooster.com

FILM CINEMA DJANGO UNCHAINEDDJANGO UNCHAINED
Western (02h44min) – Date de sortie : 16/01/2013
De Quentin Tarantino
Avec Jamie Foxx, Christoph Waltz…
Interdit aux moins de 12 ans

Le parcours d’un chasseur de prime allemand et d’un homme noir pour retrouver la femme de ce dernier retenue en esclavage par le propriétaire d’une plantation…

Bande-Annonce : DJANGO UNCHAINED

Posted in CinéBooster Presse, Jeux-Concours, Photos, VidéosCommentaires (0)

Critique Film Cinéma “Cogan : Killing Them Softly” Mercredi 05 décembre 2012

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma “Cogan : Killing Them Softly” Mercredi 05 décembre 2012


Critique Film Cinéma Mercredi 05 décembre 2012

Crise économique chez les bandits !
FILM-CINEMA-COGAN : KILLING THEM SOFTLYCOGAN : KILLING THEM SOFTLY
Thriller (01h37min) – Date de sortie : 05/12/2012
De Andrew Dominik
Avec Brad Pitt, Scott McNairy…
Interdit aux moins de 12 ans

Lorsqu’une partie de poker illégale est braquée, c’est tout le monde des bas-fonds de la pègre qui est menacé. Les caïds de la Mafia font appel à Jackie Cogan pour trouver les coupables.

Bande-Annonce : COGAN : KILLING THEM SOFTLY

Critique Film : COGAN : KILLING THEM SOFTLY de Andrew Dominik avec Brad Pitt, Scott McNairy…

Par Franck DIPPA PRISO

En pleine période électorale, deux petits criminels paumés braquent une partie de poker interlope organisée par la mafia et repartent avec l’argent. Ils deviennent immédiatement la cible des mafieux qui désirent se venger. Pour ce faire, ils engagent Jackie Coogan, un spécialiste qui travaille dans l’ombre. Il a tôt fait de repérer les coupables, mais il préférerait les éliminer doucement, sans émotions. Il fait donc appel à un tueur à gages, Mickey, qui a quelques problèmes personnels. Comme le temps presse, Jackie doit s’occuper personnellement des deux braqueurs et de leur commanditaire.

Le film « Cogan : killing Them Softly » d’Andrew Dominik est un « hymne » au capitalisme américain. C’est un thriller produit par Brad Pitt. C’est une adaptation du livre de George V. Higgins, « L’Art et la manière » de 1974. Tout se passe en 2008, suite à la victoire d’élection du président des Etats-Unis Barack Obama. Lors d’un vol et pendant une partie de Poker illicite, l’argent mis en jeu est dérobé sous la surveillance du responsable du lieu. On recrute l’homme de la situation Brad Pitt alias Jackie Cogan afin qu’il résolve le problème. Les thèmes de ce projet sont le capitalisme et les gangsters.

La crise financière a sans aucun doute influencé le réalisateur. Il n’y a qu’à se rappeler l’histoire de notre société et la finance de ses dernières années et vite faire le rapprochement avec le récit du long-métrage. Il faut donc voir au-delà du polar, et de la vengeance de la mafia. Pour Andrew Dominik l’univers des malfrats, des banquiers et de la finance sont similaires. Les gangsters riches misent leur argent sale au poker comme les traders sur les marchés de la bourse. Si un braquage survient dans leur repaire et que toute leur combine est stoppée on peut comparer ça à la crise financière américaines des subprimes qui a secoué le cercle de la finance et le monde.

Le metteur en scène est encore plus incisif en montrant Brad Pitt en tueur compatissant puis la minute d’après en exécuteur complètement froid, direct et sans pitié en réalité. Cette attitude hypocrite est exactement la même que celle d’un banquier qui va être désolé de voir un client ruiné mais qui va quand même l’achever par la suite en hypothéquant son bien (une maison par exemple). Le jeu de mot du titre original « killing Them Softly ou Tue-les en douce » est bien un révélateur trompeur.
Sous l’angle d’un simple polar c’est limite et un peu ennuyeux mais les personnages sont bons (une bande d’ordures attachante), les dialogues aussi et l’intrigue tient la route.

Le réalisateur Andrew Dominik est presqu’un second Quentin Tarantino dans l’ensemble de son travail sauf que lui n’arrive pas à casser les codes du polar et donc n’innove pas.
On s’attend à beaucoup d’action mais hélas ce long-métrage est très lent et sombre. C’est malgré tout un bon film psychologique et de suspense un peu dans la veine de la franchise Ocean’s
Le premier degré de ce film va en général décevoir. Le second degré sous son aspect politico-financière fera plus apprécier le film avec le temps.

Les + :

* Le deuxième axe (plus profond et plus critique sur notre société) politico-financier

Les – :

* Le conformisme du réalisateur Andrew Dominik dans les codes du polar

Thèmes : Adaptation de roman, argent, Assassin, Tueur, Meurtrier, Criminel, braquage, hold up, braqueur, mafia, pègre, massacre, tuerie, poker, traque, tueur à gages etc.

Note : *****

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

Critique Film Cinéma “Looper” Mercredi 31 Octobre 2012

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma “Looper” Mercredi 31 Octobre 2012


Critique Film Cinéma Mercredi 31 Octobre 2012

Un film de science-fiction original, inventif et efficace !
LOOPER
Science-Fiction (01h50min) – Date de sortie : 31/10/2012
De Rian Johnson
Avec Bruce Willis, Joseph Gordon-Levitt…
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Dans un futur proche, la Mafia a mis au point un système infaillible pour faire disparaître tous les témoins gênants. Elle expédie ses victimes dans le passé, à notre époque, où des tueurs d’un genre nouveau (les “Loopers”) les éliminent…

Bande-Annonce : LOOPER

Critique Film : LOOPER de Rian Johnson avec Bruce Willis, Joseph Gordon-Levitt…

Par Franck DIPPA PRISO

Dans un futur proche, la Mafia a mis au point un système infaillible pour faire disparaître tous les témoins gênants. Elle expédie ses victimes dans le passé, à notre époque, où des tueurs d’un genre nouveau (les “Loopers”) les éliminent. Un jour, l’un d’entre eux, Joe, découvre que la victime qu’il doit exécuter n’est autre que… lui-même, avec 20 ans de plus. La machine si bien huilée déraille…

Le voyage dans le temps (sujet complexe au cinéma en terme de cohérence) est bien l’un des principaux thèmes du film blockbuster Looper.
Les acteurs principaux de ce projet de science-fiction sont la star incontestée du film d’action depuis deux décennies Bruce Willis alias Joe plus âgé et Joseph Gordon-Levitt la nouvelle coqueluche d’Hollywood alias Joe plus jeune.
Le long-métrage Looper est distrayant, peu consistant, efficace, le visuel est bon et la narration est captivante.
C’est une très bonne chose car habituellement ce genre de film mise tout sur les effets visuels, l’action et le spectacle.
Dans le cas présent, on cherche à nous surprendre et même à nous faire réfléchir.

Certes, nous pouvons toujours trouver une ou deux choses qui ne collent pas dans la trame narrative de cette thématique peu simple du voyage dans le temps. Mais le labeur de Looper est rigoureux et cela permet de gommer toutes les petites imperfections.
Le récit est accrocheur et bien délivré.
Le voyage dans le temps n’est pas un choix hasardeux, c’est véritablement la colonne vertébrale du film, son axe principal, son moteur.

Le film est direct, dans l’action et clair au niveau de l’information à faire passer.
Malgré tout, les pistes sont parfois floutées et tout ne semble pas être évident (blanc ou noir) et prévisible.
La musique électronique du film apport un dynamisme et un certain réalisme.
La réalisation est maîtrisée, professionnelle et singulière.
Le dosage entre elle et les personnages est appréciable.
Rian Johnson est ici à la fois réalisateur et scénariste. Il est lucide et efficace.

Peu importe si Joseph Gordon-Levitt a un problème avec la prothèse son visage pour ressembler à Bruce Willis, son performance d’acteur est bonne. Bruce Willis est également crédible, c’est aussi le cas d’Emily Blunt alias Sara et l’impressionnant et inquiétant enfant Pierce Gagnon alias Cid.

Le film Looper est au point. Il n’est pas mémorable ou très original, mais c’est un blockbuster (film à gros budget d’Hollywood en général) abouti.

Les + :

* Bon jeu d’acteurs
* Bonne réalisation
* Bonne musique

Les – :

* Petits problèmes de cohérence technique et artistique parfois

Thèmes : Anticipation, Futur, avenir proche, armes insolites, rares, Assassin, Tueur, Meurtrier, Criminel, campagne et champs, Combat, Bagarre, Castagne, Japon, japonais, mafia, pègre, méchants enfants et tueurs en culottes courtes, meurtre d’enfant, relation victime, meurtrier, télékinésie, psychokinésie, traque, voyage dans le temps etc.

Note : *****

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

Critique Film Cinéma “Resident Evil : Retribution” Mercredi 26 Septembre 2012

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma “Resident Evil : Retribution” Mercredi 26 Septembre 2012


Critique Film Cinéma Mercredi 26 Septembre 2012

Le 5ème et avant dernier chapitre de la saga Resident Evil !
RESIDENT EVIL : RETRIBUTION
Action (01h35min) – Date de sortie : 26/09/2012
De Paul W.S. Anderson
Avec Milla Jovovich, Michelle Rodriguez…

Le terrifiant virus mis au point par Umbrella Corporation continue à faire des ravages partout sur terre, transformant les populations en légions de morts-vivants affamés de chair humaine. Alice, s’éveille au cœur du plus secret des complexes industriels d’Umbrella.

Bande-Annonce : RESIDENT EVIL : RETRIBUTION

Critique Film : RESIDENT EVIL : RETRIBUTION de Paul W.S. Anderson avec Milla Jovovich, Michelle Rodriguez…

Par Franck DIPPA PRISO

Le terrifiant virus mis au point par Umbrella Corporation continue à faire des ravages partout sur Terre, transformant les populations en légions de morts-vivants affamés de chair humaine. Alice, l’ultime espoir de notre espèce, s’éveille au cœur du plus secret des complexes industriels d’Umbrella. Au gré de son exploration à haut risque et de ses découvertes, les zones d’ombre de sa vie s’éclairent… Plus que jamais, Alice continue à traquer les responsables de l’atroce infection. De Tokyo à New York, de Washington à Moscou, elle les pourchasse jusqu’à la révélation explosive qui va remettre en cause toutes ses certitudes. Avec l’aide de nouveaux alliés et d’anciens amis, Alice va devoir se battre pour survivre dans un monde hostile, au bord du néant. Le compte à rebours a commencé…

Le générique de début montre à reculons la scène de fin du précédent film.
Cette démarche introductive est informative, rénovante, inattendue et efficace.
Dommage que juste après le scénario lance notre héroïne Milla Jovovich alias Alice dans une explication verbale superflue qui prend le spectateur pour un idiot.

Ce cinquième chapitre se déroule dans la principale base d’Umbrella Corporation.
New York, Moscou et Tokyo sont les terrains de jeux pour l’affrontement physique, virtuel et mental dirigé par la Reine Rouge (puissant ordinateur maléfique sous les traits d’une petite fille).
Les premières scènes d’actions et de combats sont surprenantes et bien orchestrées.
Le spectateur est dans une grande attente sur la suite des évènements.
Alice est de nouveau captive d’Umbrella Corporation.
A son réveil, elle est interrogée et torturée.
Sa seule obsession est de s’échapper de sa gigantesque prison sous la glace polaire.
Elle reçoit de l’aide de l’intérieur de son ennemi de toujours Shawn Roberts alias Albert Wesker ainsi que d’une guerrière asiatique surprise en la personne de Bingbing Li alias Ada Wong.
Une équipe se mobilise également pour la secourir en surface.
Ils vont tous devoir affronter des monstres affreux et puissants (une horde de zombies et des géants) relativement bien incrustés dans l’espace.
Le jeu vidéo est bien repris en particulier aux scènes de bataille à l’ascenseur.

Les effets spéciaux sont compétents et étonnants, parfois même mieux que ceux du précédent volet Resident Evil : Afterlife. Normalement, les combats sont perdus d’avance par les humains insignifiants face aux titans hideux mais la logique n’est pas un facteur à considérer dans ce récit. C’est les bons, les héros qui doivent gagner même si certains affrontements sont clairement ridicules.
Il y a beaucoup d’énormités mais au final cela reste un divertissement regardable, cependant très basique et très répétitif par rapport aux chapitres précédents.

Les + :

* Bons effets spéciaux
* Combats appréciables

Les – :

* Pas de renouvellement de cette franchise vache à lait
* Exploitation du jeu vidéo Resident Evil épuisé (manque cruel d’inspiration)
* Scénario risible
* Illogique
* Prévisible

Thèmes : Action héroïne, adaptation de jeu vidéo, Armes à feu, épidémie, virus, monde post-apocalyptique, mutation, mutant, poursuite en voiture, suite, sequel, Survival, traque, zombie, mort-vivant, contaminés etc.

Note : *****

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

CINEBOOSTER TV

CINEBOOSTER RADIO

Cinebooster – audio

mars 2019
L M M J V S D
« Jan    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

CINEBOOSTER RADIO