Tag Archive | "Couple"

Critique Film Cinéma «30 Minutes Maximum» Mercredi 28 Décembre 2011

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma «30 Minutes Maximum» Mercredi 28 Décembre 2011


Critique Film Cinéma – Mercredi 28 Décembre 2011

En mission bombe humaine malgré lui !
30 MINUTES MAXIMUM
Action (01h23min) – Date de sortie : 28/12/2011
De Ruben Fleischer
Avec Jesse Eisenberg, Danny R. McBride…

Un jeune prof d’histoire et un livreur de pizza se voient obligés de cambrioler une banque le jour où l’un d’eux se retrouve avec une veste parée d’explosifs.

Bande-Annonce : 30 MINUTES MAXIMUM

Critique : 30 MINUTES MAXIMUM de Ruben Fleischer avec Jesse Eisenberg…

Par Franck Olivier DIPPA PRISO

Tous les éléments étaient en place pour faire de «30 Minutes or Less» une efficace et divertissante comédie explosive. Malgré quelques bonnes blagues au compteur, le moteur finit par rendre l’âme bien avant la fin.

Livreur de pizzas, Nick est kidnappé par deux apprentis criminels. Ceux-ci fixent sur sa poitrine une bombe qu’ils menacent de faire exploser s’il refuse de cambrioler une banque.
Nick n’a que quelques heures pour accomplir sa mission impossible. Affolé, il demande l’aide de son ex-meilleur ami, Chet. L’heure tourne, et voilà les deux complices obligés d’échapper à la police, à un tueur à gages, à un lance-flammes… Mais le plus difficile pour eux dans tout ça, c’est encore d’arriver à s’entendre !

Les livreurs de pizza n’ont pas les emplois les plus sécuritaires. Nick (Jesse Eisenberg) l’apprend à ses dépens lors d’une livraison qui tourne mal. Il se fait assommer par deux hommes déguisés en singes (Danny McBride et Nick Swardson). À son réveil, il découvre que des explosifs sont attachés à son corps et qu’il doit effectuer un vol de banque!

Le réalisateur Ruben Fleischer avait épaté la galerie avec son précédent film «Zombieland», une variation jouisse et politiquement incorrect des thèmes popularisés par George A. Romero. Le voici qui cherche à appliquer la même recette, mais cette fois aux longs métrages musclés de la fin des années 1980 et du début des années 1990. On y cite «Die Hard», «Lethal Weapon» et «Point Break» et ce n’est pas un hasard. L’essai reprend ces canevas pour les détourner sur un mode comique. Si la méthode fonctionnait parfaitement en 2009, elle déçoit quelque peu deux années plus tard.

Le scénario n’est pas aussi fort et il finit par se mordre la queue au bout d’une demi-heure. Déjà que le récit ne fait pas 90 minutes, il paraît durer une éternité tant les situations répétitives abondent. Les dialogues n’y sont guère transcendants et le langage vulgaire y est surtout utilisé pour choquer les âmes sensibles, ce qui n’arrive pratiquement jamais. S’il y a bien quelques gags réussis, il y en a davantage qui ratent leur cible. La mise en scène sans éclat et les mélodies généralement attendues ne sont pas là pour aider, bien au contraire.

L’interprétation décontractée rachète quelque peu les meubles. Jesse Eisenberg (inoubliable dans «The Social Network») est un comédien extrêmement charismatique et il le prouve à nouveau en abordant avec beaucoup de sérieux cet homme qui devra affronter son lot de péripéties loufoques. Il y a même une scène où il se moque de Facebook! L’interprète qui était également à l’affiche de «Zombieland» partage la plupart de ses scènes avec Aziz Ansari et le duo fait des flammèches. Le charme opère instantanément, provoquant quelques fous rires, notamment lors d’une engueulade où ils se disent leurs quatre vérités. C’est presque dommage qu’on ne les voie pas davantage. La moitié du temps, la production préfère s’intéresser aux deux malfrats, les montrant dans leur quotidien pathétique. Danny McBride et Nick Swardson ne sont pas les acteurs les plus subtils d’Hollywood et ils forcent constamment la caricature, tentant d’être drôles même s’ils n’y arrivent pas. Les forces sont tellement déséquilibrées qu’on souhaite ardemment qu’Eisenberg et son acolyte fassent disparaître leurs adversaires, pour que l’effort atteigne enfin sa vitesse de croisière.

«30 Minutes or Less» aurait peut-être dû se fier à son titre : faire un court métrage hilarant de 30 minutes (ou moins) au lieu d’étirer inutilement la sauce. Cela aurait permis au cinéaste de mieux construire son intrigue, de donner davantage de place aux gens qui le méritaient vraiment et même d’explorer plus minutieusement cette bonne vieille amitié masculine qui n’est ici abordée qu’en surface. En espérant que titre ne soit qu’un faux pas dans la filmographie de Rubert Fleischer et qu’il sera rebondir avec «Gangster Squad» (qui mettra en vedette Sean Penn, Ryan Gosling et John Brolin) et «Zombieland 2».

Les + :

* Le tandem formé de Jesse Eisenberg et de Aziz Ansari est tout simplement succulent
* Il y a quelques moments assez rigolos
* Se moquer des productions des années 1980 et 1990 est toujours une bonne idée

Les – :

* Au bout d’une demi-heure, le film a fait le tour de son scénario
* Les gags ratés sont plus nombreux que ceux qui sont réussis
* Les personnages de Danny McBride et Nick Swardson prennent beaucoup trop d’espace
* La réalisation relâchée ne peut que décevoir

Les thèmes : Argent, banque, banquier, bombe, mine, braquage, hold up, braqueur, buddy-movie, Couple, Duo, Tandem, course contre la montre, déjanté, Geek, Nerd, Looser, poursuite en voiture, situation comique, gag etc…

Note : *****

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (2)

Critique Film Cinéma “Time Out” Mercredi 23 Novembre 2011

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma “Time Out” Mercredi 23 Novembre 2011


Critique Film Cinéma Mercredi 23 Novembre 2011

“Le temps c’est de l’argent, time is money !”
TIME OUT
Science-Fiction (01h41min) – Date de sortie : 23/11/2011
De Andrew Niccol
Avec Amanda Seyfried, Justin Timberlake…

Dans un futur proche, le gène de la vieillesse a été supprimé et le temps est devenu une valeur marchande : les riches vivent donc éternellement, pendant que les autres doivent négocier leur immortalité.

Bande-Annonce : TIME OUT

Critique : TIME OUT de Andrew Niccol avec Amanda Seyfried, Justin Timberlake…

Par Franck Olivier DIPPA PRISO

L’idée originale est que le temps est la monnaie unique mondiale et quand ce crédit temps arrive à zéro, on meurt.
Son développement est certes discutable.
Cependant, le suspense de ce film de science-fiction est efficace et donne à réfléchir en profondeur sur notre système économique mondial.
En gros, sans pouvoir d’achat nous mourons.
Les acteurs Amanda Seyfried, Justin Timberlake… sont bons et crédibles.
Et le réalisateur Andrew Niccol apporte un rendu adroit.

Bienvenue dans un monde où le temps a remplacé l’argent. Génétiquement modifiés, les hommes ne vieillissent plus après 25 ans. Mais à partir de cet âge, il faut “gagner” du temps pour rester en vie. Alors que les riches, jeunes et beaux pour l’éternité, accumulent le temps par dizaines d’années, les autres mendient, volent et empruntent les quelques heures qui leur permettront d’échapper à la mort. Un homme, accusé à tort de meurtre, prend la fuite avec une otage qui deviendra son alliée. Plus que jamais, chaque minute compte.

Dans le futur, le compteur d’une vie est sur le bras des Hommes.
La plupart des humains meurent avant la trentaine. L’argent n’existe plus et le temps est la monnaie d’échange entre les classes sociales inégales.
Les riches vivent presque éternellement grâce à l’augmentation du prix des biens au quotidien.
Ce qui réduit l’espérance de vie des pauvres.
Un orphelin (Justin Timberlake alias Will Sallas) va s’élever contre l’ordre en place en enlevant la fille d’un puissant (Amanda Seyfried alias Sylvia Weis).
Mais un policier (Cillian Murphy alias Raymond Leon) tenace va le prendre en chasse.

Après le désormais classique de Science-Fiction “Bienvenue à Gattaca” de 1997 voici un nouveau projet inhabituel et original du cinéaste Andrew Niccol.
Les paramètres scientifiques, morales, sociales, politiques, économiques et humanistes nous permettent de bien identifier notre société actuellement à cette fiction.
L’argent (billet de banque, monnaie, chèque, carte bancaire etc…) n’existe plus.
Le temps est la valeur fiduciaire en vigueur.
Le temps et l’argent, l’argent et le temps, ici l’argent est le temps.
C’est un parallèle intéressant puisqu’il faut du temps dans notre monde réel et actuel pour gagner de l’argent ou en perdre.
Le temps peut être notre allié ou notre ennemi selon la situation.
En tout, dans les deux cas, la science-fiction et la réalité, le système d’échange, de transaction commerciale est créé par les êtres humains eux-mêmes. Il a ses avantages et ses inconvénients et est toujours faillible quelque part.

L’écriture est simple.
C’est un bon divertissement.
Les scènes de poursuites et d’action sont des références à “Robin des Bois” et “Bonnie and Clyde”.
La réalisation est délectable mais creuse et pas du tout surprenante.
Le ton trop accentué et amplifié n’avantage pas toujours le long-métrage.
les dialogues sont pleins de jeux de mots pas forcément indispensables.
L’interprétation globale des comédiens est correcte.

Le projet est audacieux et inspiré mais sans grande particularité, ni pureté.
Vous passerez un bon moment au cinéma devant ce film, pourtant le manque de profondeur éloigne ce travail de son potentiel statut de chef-d’œuvre.

Les + :

* Les idées du scénario
* Les nombreuses références cinématographiques comme “Bienvenue à Gattaca” etc…
* Les acteurs sont justes et fiables

Les – :

* La mise en scène est sans caractère
* Le développement des idées n’est pas à la hauteur de l’originalité du concept
* L’excès de sentimentalisme est souvent de trop

Les thèmes : La science-fiction, le film d’anticipation, les références de films de science-fiction comme “Bienvenue à Gattaca”, “Inception”…, l’argent, le temps, le futur, le pouvoir, les inégalités sociales, la peur du lendemain, le pouvoir d’achat, la réflexion sur notre système scientifique, moral, social, politique, économique, accusé à tort, anticipation, Futur, avenir proche, braquage, hold up, braqueur, Couple, Duo, Tandem, course poursuite, cyberpunk, immortalité, immortel, lutte des classes, manipulation génétique, seul contre tous etc…

Note : *****

Les images sont très belles et le contenu du film est vide (donc les acteurs de qualité sont dévalorisés) ! Le réalisateur Tarsem Singh a du talent et du style !
On est très proche de l’univers du film “300” !
L’action est souvent redondante, mais les effets spéciaux et la 3D sont à la hauteur !
LES IMMORTELS
Action (01h50min) – Date de sortie : 23/11/2011
De Tarsem Singh
Avec Henry Cavill, Mickey Rourke…
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Dans la Grèce antique, Thésée, un jeune guerrier, va mener ses hommes à la bataille avec les dieux de l’Olympe pour tenter de repousser les Titans, anciens dieux primaires qui ont juré de détruire l’humanité.

Bande-Annonce :LES IMMORTELS

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

CINEBOOSTER TV

CINEBOOSTER RADIO

Cinebooster – audio

décembre 2022
L M M J V S D
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  

CINEBOOSTER RADIO