Tag Archive | "Japonais"

Critique Film Cinéma : “Albator, Corsaire de l’Espace” – Mercredi 25 décembre 2013

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma : “Albator, Corsaire de l’Espace” – Mercredi 25 décembre 2013


Critique Film Cinéma Mercredi 25 décembre 2013

“La génération Albator” a enfin son film d’animation au cinéma !
FILM ALBATOR, CORSAIRE DE L'ESPACEALBATOR, CORSAIRE DE L’ESPACE
Animation, Aventure, Science-Fiction (01h50min) – Date de sortie : 25/12/2013
De Shinji Aramaki
Avec Shun Oguri, Haruma Miura, Yû Aoi…

2977. Albator, capitaine du vaisseau Arcadia, est un corsaire de l’espace. Il est condamné à mort, mais reste insaisissable. Le jeune Yama, envoyé pour l’assassiner, s’infiltre dans l’Arcadia, alors qu’Albator décide d’entrer en guerre contre la Coalition GAIA…


Bande-Annonce : ALBATOR, CORSAIRE DE L’ESPACE

Critique Film : ALBATOR, CORSAIRE DE L’ESPACE de Shinji Aramaki…

Par Franck DIPPA PRISO

2977. Albator, capitaine du vaisseau Arcadia, est un corsaire de l’espace. Il est condamné à mort, mais reste insaisissable. Le jeune Yama, envoyé pour l’assassiner, s’infiltre dans l’Arcadia, alors qu’Albator décide d’entrer en guerre contre la Coalition Gaia afin de défendre sa planète d’origine, la Terre.

La série tv d’animation “Albator” a marqué les années 80 de la télévision française de part sa qualité, son originalité et son innovation. Le visuel était exigeant et le scénario très recherché par rapport à d’autres dessins animés de la même époque comme “Goldorak” par exemple.
Le long-métrage tv tiré de la série avait déjà été une réussite il y a quelques années lors de sa diffusion sur Antenne 2.
Le résultat est le même sur le grand écran aujourd’hui.
Le film “Albator, Corsaire de l’Espace” est spectaculaire et son scénario est cependant compliqué mais captivant.

La B.D (Bande-Dessinée) “Albator” est né en 1969.
Le réalisme poussé et la qualité pure à tous les niveaux de la série tv sont transférés dans cette adaptation cinématographique impressionnante et majestueuse. D’ailleurs, le grand cinéaste James Cameron a déclaré au sujet de ce film qu’il est je cite : « Mythique, épique et visuellement sans précédent ».

Oui, ce bel opéra de l’espace de Shinji Aramaki se distingue premièrement par son graphisme, son animation et son mouvement. Ce projet d’animation est numérique et le réalisme du design, les décors de l’espace, les vaisseaux et les personnages (seul bémol : ils sont moins qualitatifs que le reste) sont saisissants.

La production et la réalisation sont de véritables performances.
Quelques chiffres :
* 5 ans de travail
* 150 personnes pour les effets spéciaux
* 100 millions de fichiers créés

Deux choses majeures peuvent vraiment perturbées le spectateur vigilant.
D’une part, c’est le titre du film.
“Albator” est un pirate (la preuve ? voir son emblème autres signes et codes de conduite) et pas un corsaire (un corsaire est employé par un souverain).
D’autres part, le récit s’embrouille un peu sur la fin.
Cependant, fans ou pas vous prendrez du plaisir, un plaisir stellaire en regardant cette belle fresque spatiale au cinéma, contant l’aventure d’un héros de jeunesse celle de “la génération Albator”.

Les + :

* Visuel magnifique
* Animation et mouvement superbes

Les – :

* Qualité des Personnages moyenne
* Script vers la fin compliqué

Thèmes : Animation, Science-Fiction, Années 80, Antenne 2 Arcadia, Espace, Vaisseaux, Combats, Batailles, Génération Albator, Manga, Mangas, Adaptation au Cinéma d’une série tv d’animation, Pirate, Corsaire etc.

Note : *****

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

Critique Film Cinéma “Looper” Mercredi 31 Octobre 2012

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma “Looper” Mercredi 31 Octobre 2012


Critique Film Cinéma Mercredi 31 Octobre 2012

Un film de science-fiction original, inventif et efficace !
LOOPER
Science-Fiction (01h50min) – Date de sortie : 31/10/2012
De Rian Johnson
Avec Bruce Willis, Joseph Gordon-Levitt…
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Dans un futur proche, la Mafia a mis au point un système infaillible pour faire disparaître tous les témoins gênants. Elle expédie ses victimes dans le passé, à notre époque, où des tueurs d’un genre nouveau (les “Loopers”) les éliminent…

Bande-Annonce : LOOPER

Critique Film : LOOPER de Rian Johnson avec Bruce Willis, Joseph Gordon-Levitt…

Par Franck DIPPA PRISO

Dans un futur proche, la Mafia a mis au point un système infaillible pour faire disparaître tous les témoins gênants. Elle expédie ses victimes dans le passé, à notre époque, où des tueurs d’un genre nouveau (les “Loopers”) les éliminent. Un jour, l’un d’entre eux, Joe, découvre que la victime qu’il doit exécuter n’est autre que… lui-même, avec 20 ans de plus. La machine si bien huilée déraille…

Le voyage dans le temps (sujet complexe au cinéma en terme de cohérence) est bien l’un des principaux thèmes du film blockbuster Looper.
Les acteurs principaux de ce projet de science-fiction sont la star incontestée du film d’action depuis deux décennies Bruce Willis alias Joe plus âgé et Joseph Gordon-Levitt la nouvelle coqueluche d’Hollywood alias Joe plus jeune.
Le long-métrage Looper est distrayant, peu consistant, efficace, le visuel est bon et la narration est captivante.
C’est une très bonne chose car habituellement ce genre de film mise tout sur les effets visuels, l’action et le spectacle.
Dans le cas présent, on cherche à nous surprendre et même à nous faire réfléchir.

Certes, nous pouvons toujours trouver une ou deux choses qui ne collent pas dans la trame narrative de cette thématique peu simple du voyage dans le temps. Mais le labeur de Looper est rigoureux et cela permet de gommer toutes les petites imperfections.
Le récit est accrocheur et bien délivré.
Le voyage dans le temps n’est pas un choix hasardeux, c’est véritablement la colonne vertébrale du film, son axe principal, son moteur.

Le film est direct, dans l’action et clair au niveau de l’information à faire passer.
Malgré tout, les pistes sont parfois floutées et tout ne semble pas être évident (blanc ou noir) et prévisible.
La musique électronique du film apport un dynamisme et un certain réalisme.
La réalisation est maîtrisée, professionnelle et singulière.
Le dosage entre elle et les personnages est appréciable.
Rian Johnson est ici à la fois réalisateur et scénariste. Il est lucide et efficace.

Peu importe si Joseph Gordon-Levitt a un problème avec la prothèse son visage pour ressembler à Bruce Willis, son performance d’acteur est bonne. Bruce Willis est également crédible, c’est aussi le cas d’Emily Blunt alias Sara et l’impressionnant et inquiétant enfant Pierce Gagnon alias Cid.

Le film Looper est au point. Il n’est pas mémorable ou très original, mais c’est un blockbuster (film à gros budget d’Hollywood en général) abouti.

Les + :

* Bon jeu d’acteurs
* Bonne réalisation
* Bonne musique

Les – :

* Petits problèmes de cohérence technique et artistique parfois

Thèmes : Anticipation, Futur, avenir proche, armes insolites, rares, Assassin, Tueur, Meurtrier, Criminel, campagne et champs, Combat, Bagarre, Castagne, Japon, japonais, mafia, pègre, méchants enfants et tueurs en culottes courtes, meurtre d’enfant, relation victime, meurtrier, télékinésie, psychokinésie, traque, voyage dans le temps etc.

Note : *****

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

Critique Film Cinéma “Warrior” Mercredi 14 Septembre 2011

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma “Warrior” Mercredi 14 Septembre 2011


Critique Film Cinéma Mercredi 14 Septembre 2011

Deux frères combattants, séparés et en mauvais terme se retrouvent sur un ring ! Intense ! Grandiose ! D’une grande émotion ! Sensible ! Authentique ! Percutant ! Un vrai film coup de poing !
WARRIOR
Action (02h20min) – Date de sortie : 14/09/2011
De Gavin O’Connor
Avec Joel Edgerton, Tom Hardy…

Pour remporter un tournoi de free fight qui lui permettrait de payer l’opération de sa femme, le benjamin d’une famille de boxeurs accepte d’être coaché par son père, un ancien boxeur alcoolique auquel il ne parle plus depuis des années.

Bande-Annonce : WARRIOR

Critique : WARRIOR de Gavin O’Connor avec Joel Edgerton, Tom Hardy…

Par Franck Olivier DIPPA PRISO

Des guerriers abîmés par la vie jouent le tout pour le tout dans «Warrior», un drame prenant campé par de très bons acteurs. Si seulement le tout n’était pas aussi long et que l’action ne prenait pas le dessus sur les joutes psychologiques.

Ancien Marine brisé, Tommy Conlon rentre au pays et demande à son père de le préparer pour un tournoi d’arts martiaux mixtes qui lui permettrait de gagner une fortune. Personne ne sait ce qu’il espère faire de cet argent. Le propre frère de Tommy, Brendan, décide lui aussi de s’engager dans la compétition pour essayer de sauver sa famille. Entre les deux frères, les années n’ont pas adouci les rancœurs.
Immanquablement, les routes de Tommy et de Brendan vont bientôt se croiser. Au-delà de l’affrontement qui s’annonce, pour chacun, quelle que soit la cause qu’ils défendent, il n’est pas seulement question de remporter un prix, mais de mener le combat d’une vie…

Deux frères issus d’une famille divisée risquent bien de croiser le fer lors d’une compétition spéciale qui mélange lutte et boxe. Qui du turbulent Tommy (Tom Hardy) et du père de famille Brendan (Joel Edgerton) remportera les grands honneurs d’un tournoi particulièrement violent et barbare?

«The Wrestler» en 2009, «The Fighter» en 2010 et «Warrior» cette année? Peut-être bien. Même si le nouveau long métrage de Gavin O’Connor (réalisateur des décevants «Pride and Glory» et «Miracle») n’est pas à la hauteur de ses deux modèles (trop d’invraisemblances), cela ne l’empêche pas de captiver malgré. Surtout lors de sa première partie qui explore en détail les troubles internes de ses personnages. Les différents individus laissent apparaître de nombreuses couches complexes, ce qui permet de les étoffer, de les amener plus loin. Les deux frères souffrent et leur désarroi est palpable, tout comme celui de leur père alcoolique. Trois destins d’êtres que n’aurait pas reniés Shakespeare, surtout qu’il est ici question de passé douloureux, d’une émancipation par le sang et de regrets hantant comme des fantômes, autant à la guerre que dans la famille.

De nombreux thèmes qui font la joie des trois principaux comédiens. Découvert dans le brillant «Inception», Tom Hardy est bien plus qu’un Channing Tatum intellectuel. Au contraire, il sait véhiculer l’émotion par ses yeux et par le restant de son corps, touchant juste la plupart des fois. Plus intériorisé dans sa démarche, Joel Edgerton (inoubliable dans «Animal Kingdom») fait grande impression avec son jeu subtil et senti. En voilà un qu’on risque de revoir très souvent sur les écrans. Au centre de ces deux frangins qui auraient pu faire une excellente bande dessinée se trouve le toujours bouillant Nick Nolte, intransigeant et magnifiquement nuancé.

Les protagonistes ne peuvent s’extirper des sables mouvements de leur existence que par les poings ce qui nécessite, comme l’indique le titre, des combats. Un équilibre qui est généralement au point. Les affrontements sont brutaux, spectaculaires, et la mise en scène vigoureuse d’O’Connor ne lésine pas sur la sensible mais un peu trop abondante trame sonore de Mark Isham. Mystérieusement, le tout se dérègle lorsque le tournoi final tant attendu débute. Les motivations des personnages fondent comme neige au soleil, les dialogues développés deviennent soudainement primaires et l’intérêt finit par vaciller. Le funambule du début est remplacé par une grosse brute qui ne fait pas dans la subtilité, ce qui donne lieu à des règlements de compte divertissants mais interchangeables, car beaucoup trop répétitifs et mécaniques.

Difficile de comprendre pour quelles raisons ce très (trop) long récit de 2h20 minutes débute dans la grâce et finit par échouer dans la banalité. Peur de ne pas rejoindre un large public? Ou de trembler à l’idée que les échanges de mots soient finalement plus concluants mais moins «cinématographiques» que les batailles? Dans tous les cas, le cheminement intérieur des personnages méritait davantage que cette conclusion à l’emporte-pièce. Des oeuvres comme «Raging Bull», «Ali» et «The Wrestler» rappelait que ce sont les individus qui font le sujet, ce qui était justement le cas de «Warrior» avant que le sort n’en décide autrement.

Les + :

* La complexité des personnages
* Les trois principaux interprètes
* La tenue des dialogues et des thèmes explorés
* La solidité de la réalisation, notamment lors des confrontations

Les – :

* La dernière partie qui abandonne complètement les héros pour se concentrer sur l’action et les combats
* La durée est parfois trop longue
* Le sujet n’est pas traité de façon inédite

Les thèmes : Arts martiaux, brutalité, Catch, Boxe, boxeur, ring, Combat, Bagarre, Castagne, compétition, tournoi, Famille, relation familiale, Frères, professeur, enseignant, relation père fils, rivalité, soldat, militaire etc…

Note : *****

Attention créature des ténébres ou vampire à éliminer !
FRIGHT NIGHT
Epouvante-Horreur (02h00min) – Date de sortie : 14/09/2011
De Craig Gillespie
Avec Anton Yelchin, Colin Farrell…
Interdit aux moins de 12 ans

Charlie Brewster est au top : élève de terminale parmi les plus populaires, il sort en plus avec la plus jolie fille du lycée. Il est tellement cool qu’il méprise même son meilleur pote, Ed. Mais les problèmes vont arriver avec son nouveau voisin, Jerry…

Bande-Annonce :FRIGHT NIGHT

Oui parfois l’Amour est fou et stupide !
CRAZY, STUPID, LOVE
Comédie (01h58min) – Date de sortie : 14/09/2011
De John Requa, Glenn Ficarra
Avec Steve Carell, Ryan Gosling…

A tout juste quarante ans, Cal Weaver mène une vie de rêve – bonne situation, belle maison, enfants formidables et mariage parfait avec sa petite amie du lycée. Mais lorsqu’il apprend que sa femme, Emily, le trompe et demande le divorce, sa vie « parfaite » s’écroule.

Bande-Annonce vost : CRAZY, STUPID, LOVE

“La Guerre des Boutons” est une adaptation du livre de Louis Pergaud, devenu populaire grâce à une adaptation cinématographique en 1961 !
LA GUERRE DES BOUTONS
Famille (01h49min) – Date de sortie : 14/09/2011
De Yann Samuell
Avec Eric Elmosnino, Mathilde Seigner…
Film pour enfants à partir de 6 ans

1960, un village dans le sud de la France. Une bande de garçons, âgés de 7 à 14 ans, menée par l’intrépide Lebrac, est en guerre contre les enfants du village voisin, leurs ennemis jurés. Une guerre sans merci, qui dure depuis des générations.

Bande-Annonce : LA GUERRE DES BOUTONS

Kinshasa au Congo en mode musique classique ! Surréaliste ! Impressionnant ! Touchant !
KINSHASA SYMPHONY
Documentaire (01h38min) – Date de sortie : 14/09/2011
De Martin Baer, Claus Wischmann

Regard sur la façon dont vivent les habitants de l’une des ville les plus chaotique du monde: Kinshasa. Ils ont réussi à créer un des systèmes les plus complexes de coopération humaine jamais inventé : un orchestre symphonique.

Bande-Annonce : KINSHASA SYMPHONY

Des animaux animés et en boîte !
LA BOITE A MALICE
Animation (00h38min) – Date de sortie : 14/09/2011
De Koji Yamamura

Si on ouvrait cette boîte à malice… On y trouverait des oiseaux espiègles, un petit chien et ses amis musiciens ou encore un crocodile hirsute qui a mal aux dents…

Bande-Annonce : LA BOITE A MALICE

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

CINEBOOSTER TV

CINEBOOSTER RADIO

Cinebooster – audio

juin 2019
L M M J V S D
« Jan    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

CINEBOOSTER RADIO