Tag Archive | "tournoi"

Critique Film Cinéma “Street Dance II” Mercredi 09 Mai 2012

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma “Street Dance II” Mercredi 09 Mai 2012


Critique Film Cinéma Mercredi 09 Mai 2012

Pas de surprises pour ce 2ème opus, les chorégraphies sont spectaculaires et les danseurs athlétiques ! “Le minimum syndical est garanti” !
STREET DANCE 2
Drame (01h25min) – Date de sortie : 09/05/2012
De Max Giwa, Dania Pasquini
Avec Falk Hentschel, Sofia Boutella…
A partir de 10 ans

Pour battre la meilleure équipe du monde, Ash, un street dancer exceptionnel, et son nouvel ami Eddie se lancent à la recherche des meilleurs danseurs d’Europe. Parcourant les pays, l’équipe s’enrichit de personnalités et de styles tous plus surprenants les uns que les autres.

Bande-Annonce : STREET DANCE 2

Critique Film : STREET DANCE 2 de Max Giwa, Dania Pasquini
avec Falk Hentschel, Sofia Boutella…

Par Franck Olivier DIPPA PRISO

Prochainement

Pour battre la meilleure équipe du monde, Ash, un street dancer exceptionnel, et son nouvel ami Eddie se lancent à la recherche des meilleurs danseurs d’Europe. Parcourant les pays, l’équipe s’enrichit de personnalités et de styles tous plus surprenants les uns que les autres. Lorsque Ash rencontre à Paris une sublime danseuse de salsa, Eva, son projet prend encore une nouvelle dimension. Emporté par la passion, Ash va découvrir la troublante puissance d’une danse “à deux”…

Les + :

Les – :

Thèmes : Choc des cultures, compétition, tournoi, Danse, Danseuse, Danseur, Duo, Tandem, europe, films en 3D – en relief, films nomades, à travers le globle, salsa etc.

Note : *****

Le nouveau film de Tim Burton est une comédie en hommage aux différents long-métrages sur les vampires ! C’est une adaptation de la série éponyme, diffusée entre 1966 et 1971 sur la chaîne de tv américaine ABC.
DARK SHADOWS
Comédie (01h52min) – Date de sortie : 09/05/2012
De Tim Burton
Avec Johnny Depp, Michelle Pfeiffer…

En 1752, Joshua et Naomi Collins quittent Liverpool, en Angleterre, pour prendre la mer avec leur jeune fils Barnabas, et commencer une nouvelle vie en Amérique. Mais même un océan ne parvient pas à les éloigner de la terrible malédiction qui s’est abattue sur leur famille. Vingt années passent et Barnabas a le monde à ses pieds, ou du moins la ville de Collinsport, dans le Maine. Riche et puissant, c’est un séducteur invétéré… jusqu’à ce qu’il commette la grave erreur de briser le cœur d’Angelique Bouchard. C’est une sorcière, dans tous les sens du terme, qui lui jette un sort bien plus maléfique que la mort : celui d’être transformé en vampire et enterré vivant.
Deux siècles plus tard, Barnabas est libéré de sa tombe par inadvertance et débarque en 1972 dans un monde totalement transformé…

Bande-Annonce : DARK SHADOWS

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (2)

Critique Film Cinéma “Hunger Games” Mercredi 21 Mars 2012

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma “Hunger Games” Mercredi 21 Mars 2012


Critique Film Cinéma Mercredi 21 Mars 2012

Le téléréalité des survivants futurs !
HUNGER GAMES
Action (02h22min) – Date de sortie : 21/03/2012
De Gary Ross
Avec Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson…
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Dans le futur, le gouvernement fédéral des USA exige de chacun de ses 12 districts qu’il envoie un jeune garçon et une jeune fille pour participer aux Hunger Games, un combat à mort retransmis en direct à la télévision.

Bande-Annonce : HUNGER GAMES

Critique Film : HUNGER GAMES de Gary Ross avec Jennifer Lawrence, Josh Hutcherson…

Par Franck Olivier DIPPA PRISO

“The Hunger Games” est l’adaptation cinématographique du livre best-seller du même nom. Suzanne Collins est l’auteur de cette trilogie à succès.
Il est évident que “The Hunger Games” veut surfer sur la vague teen sensation comme “Harry Potter” et “Twilight”.
Ce film n’est pas exceptionnel mais il se regarde bien sans problème. C’est un divertissement correct.

Dans un monde contre-utopique, les humains sont isolés dans 12 districts. Une fois par an, des garçons et des filles de 12 et 18 ans doivent se battre entre eux ans un univers mi-réel et mi-virtuel. Une seule personne peut remportée cette compétition mortelle. Katniss alias Jennifer Lawrence est l’élue du district 12. C’est une as de l’arc et des flèches, elle est par conséquent l’une des favorites.

Chaque année, dans les ruines de ce qui était autrefois l’Amérique du Nord, le Capitole, l’impitoyable capitale de la nation de Panem, oblige chacun de ses douze districts à envoyer un garçon et une fille – les “Tributs” – concourir aux Hunger Games. A la fois sanction contre la population pour s’être rebellée et stratégie d’intimidation de la part du gouvernement, les Hunger Games sont un événement télévisé national au cours duquel les tributs doivent s’affronter jusqu’à la mort. L’unique survivant est déclaré vainqueur.
La jeune Katniss, 16 ans, se porte volontaire pour prendre la place de sa jeune sœur dans la compétition. Elle se retrouve face à des adversaires surentraînés qui se sont préparés toute leur vie. Elle a pour seuls atouts son instinct et un mentor, Haymitch Abernathy alias Woody Harrelson, qui gagna les Hunger Games il y a des années mais n’est plus désormais qu’une épave alcoolique. Pour espérer pouvoir revenir un jour chez elle, Katniss va devoir, une fois dans l’arène, faire des choix impossibles entre la survie et son humanité, entre la vie et l’amour…

Si vous aimez les films du genre “Battle Royale” (pour cerains “Hunger Games” est une copie conforme voir même un plagiat de “Battle Royale”), “Death Race” ou “The Running Man” ce long-métrage (avec un peu moins de testostérones) est pour vous.

A l’ère de la téléréalité et du rêve de célébrité toujours grandissant ce projet jette bien un pavé dans la marre.
La compétition du superficielle est bien accentuée et dénoncée.
Ce projet propose une critique sociale claire.
Nous sommes bien là au cœur d’une société ayant un système Big Brother.
Les caméras sont partout, et elles sont alimentées par un spectacle orchestré de toute pièce.
Il n’y a plus d’espoir et de liberté.
Même la contestation n’existe plus.
L’Etat mène une politique presque dictatoriale.
Il est aisé de comparer ce gouvernement aux nôtres tant la répression est de plus en plus présente un peu partout.

Cette œuvre n’est pas un court écrit satirique.
Il s’agit plus d’une bonne distraction, brutale sans trop être féroce. Les notions de confiance, de découverte du potentiel, d’apprentissage, d’adaptation, les leçons, et les morales sont assez classiques.

La hardiesse de la comédienne Jennifer Lawrence est remarquable.
Elle a ici enfin un rôle dans un blockbuster qui va la faire connaître du grand public.
Les autres acteurs comme Woody Harrelson, Donald Shuterland, Lenny Kravitz, Stanley Tucci… sont bons même si leurs personnages manquent de caractère.

La réalisation de Gary Ross (“Pleasantville”) est nerveuse.
La musique est plaisante et elle est signée James Newton Howard. Le film “The Hunger Games” est un mix inhabituel d’action et de catastrophes sociales, saupoudré d’une histoire d’amour tout à fait superflue.
Le résultat est audacieux, et un peu gros, malgré tout l’ensemble n’est pas pénible à regarder, loin de là. Attendons donc les deux prochaines suites.

Les + :

* Ce film est un blockbuster u.s avec un message moral et social
* L’actrice Jennifer Lawrence sort du lot dans ce casting de haut vol
* La mise en scène est compétente efficace cependant les affrontements sont désordonnés
* Il y a beaucoup d’action, un peu d’humour, de l’affection et une histoire d’amour.

Les – :

* La première partie du long-métrage est un peu longue
* Les dialogues sont souvent pauvres
* La critique sociale n’est pas approfondie

Les thèmes : Adaptation de roman, Adolescent, adolescence, amour contrarié, amour impossible, anticipation, Futur, avenir proche, Chanteurs et chanteuses au cinéma, série, Combat, Bagarre, Castagne, compétition, tournoi, couteaux et armes blanches, entraînement, entraîneur et coach, forêt, Survival, tir à l’arc et flèches etc.

Note : *****

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (2)

Critique Film Cinéma “Warrior” Mercredi 14 Septembre 2011

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma “Warrior” Mercredi 14 Septembre 2011


Critique Film Cinéma Mercredi 14 Septembre 2011

Deux frères combattants, séparés et en mauvais terme se retrouvent sur un ring ! Intense ! Grandiose ! D’une grande émotion ! Sensible ! Authentique ! Percutant ! Un vrai film coup de poing !
WARRIOR
Action (02h20min) – Date de sortie : 14/09/2011
De Gavin O’Connor
Avec Joel Edgerton, Tom Hardy…

Pour remporter un tournoi de free fight qui lui permettrait de payer l’opération de sa femme, le benjamin d’une famille de boxeurs accepte d’être coaché par son père, un ancien boxeur alcoolique auquel il ne parle plus depuis des années.

Bande-Annonce : WARRIOR

Critique : WARRIOR de Gavin O’Connor avec Joel Edgerton, Tom Hardy…

Par Franck Olivier DIPPA PRISO

Des guerriers abîmés par la vie jouent le tout pour le tout dans «Warrior», un drame prenant campé par de très bons acteurs. Si seulement le tout n’était pas aussi long et que l’action ne prenait pas le dessus sur les joutes psychologiques.

Ancien Marine brisé, Tommy Conlon rentre au pays et demande à son père de le préparer pour un tournoi d’arts martiaux mixtes qui lui permettrait de gagner une fortune. Personne ne sait ce qu’il espère faire de cet argent. Le propre frère de Tommy, Brendan, décide lui aussi de s’engager dans la compétition pour essayer de sauver sa famille. Entre les deux frères, les années n’ont pas adouci les rancœurs.
Immanquablement, les routes de Tommy et de Brendan vont bientôt se croiser. Au-delà de l’affrontement qui s’annonce, pour chacun, quelle que soit la cause qu’ils défendent, il n’est pas seulement question de remporter un prix, mais de mener le combat d’une vie…

Deux frères issus d’une famille divisée risquent bien de croiser le fer lors d’une compétition spéciale qui mélange lutte et boxe. Qui du turbulent Tommy (Tom Hardy) et du père de famille Brendan (Joel Edgerton) remportera les grands honneurs d’un tournoi particulièrement violent et barbare?

«The Wrestler» en 2009, «The Fighter» en 2010 et «Warrior» cette année? Peut-être bien. Même si le nouveau long métrage de Gavin O’Connor (réalisateur des décevants «Pride and Glory» et «Miracle») n’est pas à la hauteur de ses deux modèles (trop d’invraisemblances), cela ne l’empêche pas de captiver malgré. Surtout lors de sa première partie qui explore en détail les troubles internes de ses personnages. Les différents individus laissent apparaître de nombreuses couches complexes, ce qui permet de les étoffer, de les amener plus loin. Les deux frères souffrent et leur désarroi est palpable, tout comme celui de leur père alcoolique. Trois destins d’êtres que n’aurait pas reniés Shakespeare, surtout qu’il est ici question de passé douloureux, d’une émancipation par le sang et de regrets hantant comme des fantômes, autant à la guerre que dans la famille.

De nombreux thèmes qui font la joie des trois principaux comédiens. Découvert dans le brillant «Inception», Tom Hardy est bien plus qu’un Channing Tatum intellectuel. Au contraire, il sait véhiculer l’émotion par ses yeux et par le restant de son corps, touchant juste la plupart des fois. Plus intériorisé dans sa démarche, Joel Edgerton (inoubliable dans «Animal Kingdom») fait grande impression avec son jeu subtil et senti. En voilà un qu’on risque de revoir très souvent sur les écrans. Au centre de ces deux frangins qui auraient pu faire une excellente bande dessinée se trouve le toujours bouillant Nick Nolte, intransigeant et magnifiquement nuancé.

Les protagonistes ne peuvent s’extirper des sables mouvements de leur existence que par les poings ce qui nécessite, comme l’indique le titre, des combats. Un équilibre qui est généralement au point. Les affrontements sont brutaux, spectaculaires, et la mise en scène vigoureuse d’O’Connor ne lésine pas sur la sensible mais un peu trop abondante trame sonore de Mark Isham. Mystérieusement, le tout se dérègle lorsque le tournoi final tant attendu débute. Les motivations des personnages fondent comme neige au soleil, les dialogues développés deviennent soudainement primaires et l’intérêt finit par vaciller. Le funambule du début est remplacé par une grosse brute qui ne fait pas dans la subtilité, ce qui donne lieu à des règlements de compte divertissants mais interchangeables, car beaucoup trop répétitifs et mécaniques.

Difficile de comprendre pour quelles raisons ce très (trop) long récit de 2h20 minutes débute dans la grâce et finit par échouer dans la banalité. Peur de ne pas rejoindre un large public? Ou de trembler à l’idée que les échanges de mots soient finalement plus concluants mais moins «cinématographiques» que les batailles? Dans tous les cas, le cheminement intérieur des personnages méritait davantage que cette conclusion à l’emporte-pièce. Des oeuvres comme «Raging Bull», «Ali» et «The Wrestler» rappelait que ce sont les individus qui font le sujet, ce qui était justement le cas de «Warrior» avant que le sort n’en décide autrement.

Les + :

* La complexité des personnages
* Les trois principaux interprètes
* La tenue des dialogues et des thèmes explorés
* La solidité de la réalisation, notamment lors des confrontations

Les – :

* La dernière partie qui abandonne complètement les héros pour se concentrer sur l’action et les combats
* La durée est parfois trop longue
* Le sujet n’est pas traité de façon inédite

Les thèmes : Arts martiaux, brutalité, Catch, Boxe, boxeur, ring, Combat, Bagarre, Castagne, compétition, tournoi, Famille, relation familiale, Frères, professeur, enseignant, relation père fils, rivalité, soldat, militaire etc…

Note : *****

Attention créature des ténébres ou vampire à éliminer !
FRIGHT NIGHT
Epouvante-Horreur (02h00min) – Date de sortie : 14/09/2011
De Craig Gillespie
Avec Anton Yelchin, Colin Farrell…
Interdit aux moins de 12 ans

Charlie Brewster est au top : élève de terminale parmi les plus populaires, il sort en plus avec la plus jolie fille du lycée. Il est tellement cool qu’il méprise même son meilleur pote, Ed. Mais les problèmes vont arriver avec son nouveau voisin, Jerry…

Bande-Annonce :FRIGHT NIGHT

Oui parfois l’Amour est fou et stupide !
CRAZY, STUPID, LOVE
Comédie (01h58min) – Date de sortie : 14/09/2011
De John Requa, Glenn Ficarra
Avec Steve Carell, Ryan Gosling…

A tout juste quarante ans, Cal Weaver mène une vie de rêve – bonne situation, belle maison, enfants formidables et mariage parfait avec sa petite amie du lycée. Mais lorsqu’il apprend que sa femme, Emily, le trompe et demande le divorce, sa vie « parfaite » s’écroule.

Bande-Annonce vost : CRAZY, STUPID, LOVE

“La Guerre des Boutons” est une adaptation du livre de Louis Pergaud, devenu populaire grâce à une adaptation cinématographique en 1961 !
LA GUERRE DES BOUTONS
Famille (01h49min) – Date de sortie : 14/09/2011
De Yann Samuell
Avec Eric Elmosnino, Mathilde Seigner…
Film pour enfants à partir de 6 ans

1960, un village dans le sud de la France. Une bande de garçons, âgés de 7 à 14 ans, menée par l’intrépide Lebrac, est en guerre contre les enfants du village voisin, leurs ennemis jurés. Une guerre sans merci, qui dure depuis des générations.

Bande-Annonce : LA GUERRE DES BOUTONS

Kinshasa au Congo en mode musique classique ! Surréaliste ! Impressionnant ! Touchant !
KINSHASA SYMPHONY
Documentaire (01h38min) – Date de sortie : 14/09/2011
De Martin Baer, Claus Wischmann

Regard sur la façon dont vivent les habitants de l’une des ville les plus chaotique du monde: Kinshasa. Ils ont réussi à créer un des systèmes les plus complexes de coopération humaine jamais inventé : un orchestre symphonique.

Bande-Annonce : KINSHASA SYMPHONY

Des animaux animés et en boîte !
LA BOITE A MALICE
Animation (00h38min) – Date de sortie : 14/09/2011
De Koji Yamamura

Si on ouvrait cette boîte à malice… On y trouverait des oiseaux espiègles, un petit chien et ses amis musiciens ou encore un crocodile hirsute qui a mal aux dents…

Bande-Annonce : LA BOITE A MALICE

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

CINEBOOSTER TV

CINEBOOSTER RADIO

Cinebooster – audio

octobre 2019
L M M J V S D
« Jan    
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

CINEBOOSTER RADIO