Tag Archive | "Assassin"

Critique Film Cinéma : “Forgiven” – Mercredi 09 Janvier 2019

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma : “Forgiven” – Mercredi 09 Janvier 2019


Critique Film Cinéma Mercredi 09 Janvier 2019


Le Salut ultime est possible même pour la pire des personnes !
FORGIVEN
Thriller, Drame (01h56min) – Date de sortie : 09/01/2019
De Roland Joffé
Avec Forest Whitaker, Eric Bana, Jeff Gum…
Sud-Africain

En 1994, à la fin de l’Apartheid , Nelson Mandela nomme L’archevêque Desmond Tutu président de la commission Vérité et réconciliation : aveux contre rédemption. Il se heurte le plus souvent au silence d’anciens tortionnaires. Jusqu’au jour où il est mis à l’épreuve par Piet Blomfield , un assassin condamné à perpétuité. Desmond Tutu se bat alors pour retenir un pays qui menace de se déchirer une nouvelle fois…


Bande-Annonce : FORGIVEN

Critique Film Cinéma : FORGIVEN de Roland Joffé avec Forest Whitaker, Eric Bana, Jeff Gum…

En 1994, à la fin de l’Apartheid , Nelson Mandela nomme L’archevêque Desmond Tutu président de la commission Vérité et réconciliation : aveux contre rédemption. Il se heurte le plus souvent au silence d’anciens tortionnaires. Jusqu’au jour où il est mis à l’épreuve par Piet Blomfield , un assassin condamné à perpétuité. Desmond Tutu se bat alors pour retenir un pays qui menace de se déchirer une nouvelle fois…

Par Franck DIPPA PRISO

Les + :

* Les dialogues sont forts

Les – :

* Le scénario est attendu

Mots clés, Tags, Thèmes : 1994, Nelson Mandela, Archevêque Desmond Tutu, Piet Blomfield, Assassin, Tueur, Péchés, Afrique, Racisme, Apartheid, Afrique du Sud, Biopic / Biographie / Biographie romancée, Vérité et Réconciliation, Vérité, Réconciliation, Aveu, Confession, Pardon, Salut, Rédemption, Foi, Foi chrétienne, DIEU Le Père, Jésus-Christ, Jésus-Christ Fils de DIEU, Le Saint-Esprit, Pasteur/ Pape / Prêtre / Curé / Moine / Bonne sœur / Religieux, Ambiance 90’s – Années 90, Personnalités politiques / Politique / Politique etc.

Note : **** (4/5)

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Films au Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

Critique Film Cinéma : “Assassin’s Creed” – Mercredi 21 Décembre 2016

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma : “Assassin’s Creed” – Mercredi 21 Décembre 2016


Critique Film Cinéma Mercredi 21 Décembre 2016

L’adaptation cinématographique des assassins les plus célèbres de l’univers du jeu vidéo !
ASSASSIN’S CREED
Action, Science-Fiction, (01h56min) – Date de sortie : 21/12/2016
De Justin Kurzel
Avec Michael Fassbender, Marion Cotillard, Jeremy Irons…
Américain, Français

Grâce à une technologie révolutionnaire qui révèle la mémoire génétique, Callum Lynch revit les aventures de son ancêtre, Aguilar, dans l’Espagne du XVe siècle. Callum découvre qu’il est issu d’une mystérieuse société secrète, les Assassins, et amasse les connaissances dont il aura besoin pour affronter une autre redoutable organisation : l’Ordre des Templiers.


Bande-Annonce : ASSASSIN’S CREED

Critique Film : ASSASSIN’S CREED de Justin Kurzel avec Michael Fassbender, Marion Cotillard, Jeremy Irons…

Par Franck DIPPA PRISO

Exécuté par injection létale, Callum Lynch se réveille à sa grande surprise dans un laboratoire qui appartient à l’entreprise Industries Abstergo. Celle-ci, sous le couvert de ses activités de recherche sur la mémoire génétique des individus, cache en fait les opérations secrètes des Templiers, un groupe qui veut contrôler les populations à sa façon. Grâce à la technologie Animus, Callum se trouve ainsi projeté à l’époque de l’Inquisition espagnole dans la peau de son ancêtre Aguilar de Nehra, un membre de la confrérie des Assassins, opposée aux idéaux des Templiers. Ayant pour mission de récupérer un artefact qui procure un pouvoir immense à celui qui le possède, Callum tente de se rebeller et de résister à la manipulation de son cerveau.

Les + :

*

Les – :

*

Mots clés, Tags, Thèmes : Solitude, Solitaire, Assassin, Tueur, Meurtrier, Criminel, Anticipation, Futur, Avenir proche, Moyen-âge, Médiéval, Violence, Adaptation de jeu vidéo, Gothique, Action Hero, Couteaux et armes blanches, Jeu vidéo, Combat, Bagarre, Castagne, Geek, Jeunes adultes, Adrénaline etc.

Note : ** (2/5)

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

Critique Film Cinéma “Cogan : Killing Them Softly” Mercredi 05 décembre 2012

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma “Cogan : Killing Them Softly” Mercredi 05 décembre 2012


Critique Film Cinéma Mercredi 05 décembre 2012

Crise économique chez les bandits !
FILM-CINEMA-COGAN : KILLING THEM SOFTLYCOGAN : KILLING THEM SOFTLY
Thriller (01h37min) – Date de sortie : 05/12/2012
De Andrew Dominik
Avec Brad Pitt, Scott McNairy…
Interdit aux moins de 12 ans

Lorsqu’une partie de poker illégale est braquée, c’est tout le monde des bas-fonds de la pègre qui est menacé. Les caïds de la Mafia font appel à Jackie Cogan pour trouver les coupables.

Bande-Annonce : COGAN : KILLING THEM SOFTLY

Critique Film : COGAN : KILLING THEM SOFTLY de Andrew Dominik avec Brad Pitt, Scott McNairy…

Par Franck DIPPA PRISO

En pleine période électorale, deux petits criminels paumés braquent une partie de poker interlope organisée par la mafia et repartent avec l’argent. Ils deviennent immédiatement la cible des mafieux qui désirent se venger. Pour ce faire, ils engagent Jackie Coogan, un spécialiste qui travaille dans l’ombre. Il a tôt fait de repérer les coupables, mais il préférerait les éliminer doucement, sans émotions. Il fait donc appel à un tueur à gages, Mickey, qui a quelques problèmes personnels. Comme le temps presse, Jackie doit s’occuper personnellement des deux braqueurs et de leur commanditaire.

Le film « Cogan : killing Them Softly » d’Andrew Dominik est un « hymne » au capitalisme américain. C’est un thriller produit par Brad Pitt. C’est une adaptation du livre de George V. Higgins, « L’Art et la manière » de 1974. Tout se passe en 2008, suite à la victoire d’élection du président des Etats-Unis Barack Obama. Lors d’un vol et pendant une partie de Poker illicite, l’argent mis en jeu est dérobé sous la surveillance du responsable du lieu. On recrute l’homme de la situation Brad Pitt alias Jackie Cogan afin qu’il résolve le problème. Les thèmes de ce projet sont le capitalisme et les gangsters.

La crise financière a sans aucun doute influencé le réalisateur. Il n’y a qu’à se rappeler l’histoire de notre société et la finance de ses dernières années et vite faire le rapprochement avec le récit du long-métrage. Il faut donc voir au-delà du polar, et de la vengeance de la mafia. Pour Andrew Dominik l’univers des malfrats, des banquiers et de la finance sont similaires. Les gangsters riches misent leur argent sale au poker comme les traders sur les marchés de la bourse. Si un braquage survient dans leur repaire et que toute leur combine est stoppée on peut comparer ça à la crise financière américaines des subprimes qui a secoué le cercle de la finance et le monde.

Le metteur en scène est encore plus incisif en montrant Brad Pitt en tueur compatissant puis la minute d’après en exécuteur complètement froid, direct et sans pitié en réalité. Cette attitude hypocrite est exactement la même que celle d’un banquier qui va être désolé de voir un client ruiné mais qui va quand même l’achever par la suite en hypothéquant son bien (une maison par exemple). Le jeu de mot du titre original « killing Them Softly ou Tue-les en douce » est bien un révélateur trompeur.
Sous l’angle d’un simple polar c’est limite et un peu ennuyeux mais les personnages sont bons (une bande d’ordures attachante), les dialogues aussi et l’intrigue tient la route.

Le réalisateur Andrew Dominik est presqu’un second Quentin Tarantino dans l’ensemble de son travail sauf que lui n’arrive pas à casser les codes du polar et donc n’innove pas.
On s’attend à beaucoup d’action mais hélas ce long-métrage est très lent et sombre. C’est malgré tout un bon film psychologique et de suspense un peu dans la veine de la franchise Ocean’s
Le premier degré de ce film va en général décevoir. Le second degré sous son aspect politico-financière fera plus apprécier le film avec le temps.

Les + :

* Le deuxième axe (plus profond et plus critique sur notre société) politico-financier

Les – :

* Le conformisme du réalisateur Andrew Dominik dans les codes du polar

Thèmes : Adaptation de roman, argent, Assassin, Tueur, Meurtrier, Criminel, braquage, hold up, braqueur, mafia, pègre, massacre, tuerie, poker, traque, tueur à gages etc.

Note : *****

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

Critique Film Cinéma “Looper” Mercredi 31 Octobre 2012

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma “Looper” Mercredi 31 Octobre 2012


Critique Film Cinéma Mercredi 31 Octobre 2012

Un film de science-fiction original, inventif et efficace !
LOOPER
Science-Fiction (01h50min) – Date de sortie : 31/10/2012
De Rian Johnson
Avec Bruce Willis, Joseph Gordon-Levitt…
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs

Dans un futur proche, la Mafia a mis au point un système infaillible pour faire disparaître tous les témoins gênants. Elle expédie ses victimes dans le passé, à notre époque, où des tueurs d’un genre nouveau (les “Loopers”) les éliminent…

Bande-Annonce : LOOPER

Critique Film : LOOPER de Rian Johnson avec Bruce Willis, Joseph Gordon-Levitt…

Par Franck DIPPA PRISO

Dans un futur proche, la Mafia a mis au point un système infaillible pour faire disparaître tous les témoins gênants. Elle expédie ses victimes dans le passé, à notre époque, où des tueurs d’un genre nouveau (les “Loopers”) les éliminent. Un jour, l’un d’entre eux, Joe, découvre que la victime qu’il doit exécuter n’est autre que… lui-même, avec 20 ans de plus. La machine si bien huilée déraille…

Le voyage dans le temps (sujet complexe au cinéma en terme de cohérence) est bien l’un des principaux thèmes du film blockbuster Looper.
Les acteurs principaux de ce projet de science-fiction sont la star incontestée du film d’action depuis deux décennies Bruce Willis alias Joe plus âgé et Joseph Gordon-Levitt la nouvelle coqueluche d’Hollywood alias Joe plus jeune.
Le long-métrage Looper est distrayant, peu consistant, efficace, le visuel est bon et la narration est captivante.
C’est une très bonne chose car habituellement ce genre de film mise tout sur les effets visuels, l’action et le spectacle.
Dans le cas présent, on cherche à nous surprendre et même à nous faire réfléchir.

Certes, nous pouvons toujours trouver une ou deux choses qui ne collent pas dans la trame narrative de cette thématique peu simple du voyage dans le temps. Mais le labeur de Looper est rigoureux et cela permet de gommer toutes les petites imperfections.
Le récit est accrocheur et bien délivré.
Le voyage dans le temps n’est pas un choix hasardeux, c’est véritablement la colonne vertébrale du film, son axe principal, son moteur.

Le film est direct, dans l’action et clair au niveau de l’information à faire passer.
Malgré tout, les pistes sont parfois floutées et tout ne semble pas être évident (blanc ou noir) et prévisible.
La musique électronique du film apport un dynamisme et un certain réalisme.
La réalisation est maîtrisée, professionnelle et singulière.
Le dosage entre elle et les personnages est appréciable.
Rian Johnson est ici à la fois réalisateur et scénariste. Il est lucide et efficace.

Peu importe si Joseph Gordon-Levitt a un problème avec la prothèse son visage pour ressembler à Bruce Willis, son performance d’acteur est bonne. Bruce Willis est également crédible, c’est aussi le cas d’Emily Blunt alias Sara et l’impressionnant et inquiétant enfant Pierce Gagnon alias Cid.

Le film Looper est au point. Il n’est pas mémorable ou très original, mais c’est un blockbuster (film à gros budget d’Hollywood en général) abouti.

Les + :

* Bon jeu d’acteurs
* Bonne réalisation
* Bonne musique

Les – :

* Petits problèmes de cohérence technique et artistique parfois

Thèmes : Anticipation, Futur, avenir proche, armes insolites, rares, Assassin, Tueur, Meurtrier, Criminel, campagne et champs, Combat, Bagarre, Castagne, Japon, japonais, mafia, pègre, méchants enfants et tueurs en culottes courtes, meurtre d’enfant, relation victime, meurtrier, télékinésie, psychokinésie, traque, voyage dans le temps etc.

Note : *****

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

Critique Film Cinéma “God Bless America” Mercredi 10 Octobre 2012

Tags: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Critique Film Cinéma “God Bless America” Mercredi 10 Octobre 2012


Critique Film Cinéma Mercredi 10 Octobre 2012

Un film choc, irrévérencieux, punitif, un grand coup de gueule, mais surtout un grand cri de désespoir adressé à la société américain et au monde !
GOD BLESS AMERICA
Comédie (01h40min) – Date de sortie : 10/10/2012
De Bob Goldthwait
Avec Joel Murray, Tara Lynne Barr…
Interdit aux moins de 12 ans

Seul, sans boulot, gravement malade, Frank sombre dans la spirale infernale d’une Amérique déshumanisée et cruelle. N’ayant plus rien à perdre, il prend son flingue et assassine les personnes les plus viles et stupides qui croisent son chemin.
Dans “Taken”, Bryan Mills, ex-agent de la CIA aux compétences si particulières, a réussi à arracher sa fille des mains d’un gang mafieux. Un an plus tard, le chef du clan réclame vengeance. Cette fois-ci, c’est après lui qu’ils en ont.

Bande-Annonce : GOD BLESS AMERICA

Critique Film : GOD BLESS AMERICA de Bob Goldthwait avec Joel Murray, Tara Lynne Barr…

Par Franck DIPPA PRISO

Seul, sans boulot, gravement malade, Frank sombre dans la spirale infernale d’une Amérique déshumanisée et cruelle. N’ayant plus rien à perdre, il prend son flingue et assassine les personnes les plus viles et stupides qui croisent son chemin. Bientôt rejoint par Roxy, lycéenne révoltée et complice des plus improbables, c’est le début d’une équipée sauvage, sanglante et grandguignolesque sur les routes de la bêtise made in USA.

Le réalisateur Bob Goldthwait du film God Bless America aime les Etats-Unis avec violence.
Et l’instrument de sa démonstration cinématographique est l’acteur Joel Murray alias Frank le frère du célèbre comédien Bill Murray.
Frank a une tumeur au cerveau.
Il perd la tête et a un ultime projet : éliminer les abrutis de l’Amérique (les mals polis, les gens qui se plaignent pour deux fois rien, les enfants gâtés, les stars qui passent à la télévision pour dire des bêtises, les personnes qui téléphonent pendant un film au cinéma, les intégristes religieux haineux etc.).

L’idée du metteur en scène est simple, il s’agit de montrer ce que beaucoup de personnes pensent souvent sans passer à l’acte.
Le film se veut drôle, au 2ème voir au 3ème degré.
Il se pose en sujet de réflexion et même plus en électrochoc infligé à nos consciences.
Le couple improbable de cette expérience “traumatisante” est aussi composé de Tara Lynn Barr alias Roxy une adolescente complètement déjantée.
Frank notre “héros” humilié se venge sur l’existence en exterminant tous les individus qui l’exaspère, c’est un véritable bain de sang.
Selon Bob Goldthwait “Il ne faut pas prendre mon film au pied de la lettre. C’est une comédie noire, pas une invitation à la violence!”
Même si le budget film est dérisoire, le réalisateur de “World’s Greatest Dad” de 2009 affirme “Je représente une autre facette du cinéma indépendant qui balaye grosses productions et films intellos pour foncer dans le tas avec délices”.

L’humour du film est barbare et son axe libertaire. Le tout propulse ce “petit bijou” du cinéma indépendant au sommet à contre courant des superproductions d’Hollywood. Un grand choc, une énorme gifle, une surprise de rage bon enfant qui peut procurer une satisfaction condamnable.
Ici c’est clair, le monde est séparé en deux, celui des bons et des méchants et ils ne sont pas toujours ceux que nous croyons.
Ce projet est complètement barré et en le regardant on peut éprouver un plaisir malsain.
Malgré tout, il faut garder à l’esprit que c’est une comédie indépendante américaine qui parie sur l’opposition du bien pensant, du conventionnel et la provocation.
Et ça marche !
L’Amérique en prend pour son grade.
Son style de vie et son lien avec la télé réalité par exemple est critiqué sans pitié et manière délectable.
La réalisation a certaines faiblesses, néanmoins le côté controverse l’emporte au final de façon “jouissive”.
Frank et de Roxy vide leur sac de manière radicale et c’est gore mais à un moment donné tout ça tourne un peu en rond.
Nous “justiciers” tombent dans la tourmente de la violence, et cela nous rappelle le film “Tueurs-nés” d’Oliver Stone, en plus lent et en plus “fun”.

Vous aimerez ce long-métrage ou vous le détesterez cependant vous serez tous d’accord sur un point il vous marquera.

Les + :

* Choc
* Irrévérencieux
* Humour
* Spectacle dynamique

Les – :

* Gore
* Mise en scène faible
* Créneau avec des limites

Thèmes : Adolescent, adolescence, Armes à feu, Assassin, Tueur, Meurtrier, Criminel, chômage, Duo, Tandem, Malade et maladie, meurtre d’enfant, road movie, situation comique, gag, Télé réalité etc.

Note : *****

La Rédaction de CinéBooster

Posted in CinéBooster Presse, Critiques Films Cinéma, Photos, VidéosCommentaires (0)

CINEBOOSTER TV

CINEBOOSTER RADIO

Cinebooster – audio

décembre 2019
L M M J V S D
« Nov    
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

CINEBOOSTER RADIO